CALENDRIER

  • JOURNEE PORTES-OUVERTES

    JEUDI 10 AVRIL 2014

    SAMEDI 17 MAI 2014

    SAMEDI 21 JUIN 2014

    Venez découvrir dès 9h30 le CBO, les enseignants et les étudiants du Collège seront à votre écoute pour les informations concernant la formation, les inscriptions et la Clinique du CBO. Plus d'infos dans la rubrique "actualité"

  • 26 ET 27 AVRIL 2014

    POST-GRAD CRANIEN

    Les grands courants de l'ostéopathie crânienne par Richard HOLDING D.O. (BSO)

    Cf. rubrique actualité ci-contre

  • 24, 25, 26 JANVIER 2014

    POST-GRADUE

    OSTEOPATHIE ET CHAINES MUSCULAIRES

    par Baudouin CHATELLE

    Cf. rubrique "Actualité" ci-contre

  • 26 ET 27 OCTOBRE 2013

    POST-GRAD : STRUCTURE/FONCTION : SYNTHESE CONTENANT/CONTENU

    Par F. BUSET et J. BURNOTTE 

    cf. rubrique ACTUALITE ci-contre

Travaux scientifiques

COMMUNICATIONS ET PRÉSENTATIONS CBO

TRAVAUX CBO

  • ETUDE DE L’OXYGÉNATION DES MUSCLES PARAVERTÉBRAUX DE LA NSR PHYSIOLOGIQUE ET ANALYSE DE L’INFLUENCE D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR L’OXYGÉNATION ET LA TEMPÉRATURE CUTANÉE DES « ZONES D’APPEL » DIAGNOSTIQUES. - 07.07.2012

    Auteurs : Jimmy Dernoncourt et Alexandre Michaux Directeurs : Jean BURNOTTE D.O., Constatino BALESTRA Ph.D. et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Objectif : Notre étude comporte deux axes : l’un porte sur l’étude de la vascularisation des muscles longs paravertébraux organisant les NSR adaptatives lombaires et dorsales, en évaluant la différence d’oxygénation tissulaire des concavités et convexités. Le deuxième axe a pour but d’étudier les « zones d’appel » diagnostiques, en mesurant la température cutanée et l’oxygénation tissulaire (HbO2 et HHb) de ces « zones hypotrophiques » avant traitement et une heure après traitement.

    Methode: Pour le premier axe, nous avons utilisé la spectroscopie infra-rouge, qui nous  a permis de mesurer les différences de concentration tissulaire en HbO2 et HHb. La population étudiée comptait 18 sujets sains et asymptomatiques. Pour le deuxième axe, une  population comportant 10 sujets sains et asymptomatiques a été étudiée. Deux outils de mesure ont été utilisés : la spectroscopie par infra-rouge (NIRS), qui nous a permis de mesurer l’hémoglobine oxygénée (HbO2) et l’hémoglobine désoxygénée (HHb), la  caméra thermique infra rouge, qui nous a permis d’analyser les variations thermiques à la surface du corps.

    Résultats : L’oxyhémoglobine (HbO2) est très significativement plus faible du côté de la convexité dorsale par rapport à la concavité dorsale (HS, p=0,003). L’oxyhémoglobine (HbO2) est très significativement plus faible du côté de la convexité lombaire par rapport à la concavité lombaire (HS, p=0,008). Il n’existe pas de différence significative entre la température avant traitement, immédiatement après traitement  et une heure après traitement. Il existe une diminution hautement significative (p=0,003) du taux d’HbO2 avant traitement par rapport à l’HbO2 une heure après traitement. La corrélation entre la température et l’HbO2 avant traitement et une heure après traitement  est non significative.

    Conclusions : Nous avons constaté une diminution de l’HbO2 du côté de la convexité des NSR adaptative lombaire et dorsale. Pour le groupe traitement, les « zones d’appel » diagnostiques ont montré une diminution de l’oxygénation (HbO2) une heure après traitement ostéopathique. Il n’existe pas de corrélation significative entre la température cutanée et la quantité d’HbO2 des « zones d’appel » diagnostique avant traitementet une heure après traitement.

  • APPORT DE L'OSTÉOPATHIE DANS LE TRAITEMENT DES TROUBLES DE L'OCCLUSION DENTAIRE - 07.07.2012

    Auteurs : Olivier GALLIEN et Aurélien KIERS Directeurs : Baudouin CHATELLE D.O. et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE
    La prise en charge de patients présentant des troubles de l'occlusion dentaire est fréquemment sujette à controverse aussi bien dans le monde de l'ostéopathie que celui de l'orthodontie. Par ce travail, nous avons tenté de savoir si un traitement ostéopathique pouvait améliorer l'effet du port de gouttières occlusales sur la mobilité des ATM, ainsi que sur les douleurs associées.
    A cette fin, nous avons formé 3 groupes de 16 personnes. Le premier groupe a reçu 3 traitements ostéopathiques et une gouttière occlusale, le second a reçu uniquement 3 traitements ostéopathiques et le 3ème
    uniquement une gouttière occlusale. Nous avons étudié l'évolution de différents paramètres (échelle EVA, Neck Disability Index, amplitudes d'ouverture buccale et de diduction) sur une période de 6 semaines. L'analyse statistique nous a permis de conclure que le seul port de gouttière n'était pas suffisant pour améliorer significativement ces différents paramètres. La combinaison des 2 types de traitement est plus bénéfique sur les symptômes douloureux tandis que le fait de porter une gouttière n'apporte rien de plus au traitement ostéopathique lorsque l'on étudie la mobilité mandibulaire en ouverture et en diduction.
  • ANALYSE PAR SPECTROSCOPIE INFRAROUGE DES VARIATIONS DE L'OXYGÉNATION DES TISSUS DES LOBES PRÉFRONTAUX, CONSÉCUTIVE À DES MANœUVRES OSTÉOPATHIQUES CRÂNIENNES DITES «CV4 OCCIPITAL » «CV4 PROFOND », VERSUS TOUCHER DIT « PLACEBO ». - 07.07.2012

    Auteurs : Marie VERSTRAETEN et Amélie ALEXANDRE Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Dans notre travail de fin d’études, nous avons analysé, par la spectroscopie à infra-rouge, l’effet hémodynamique de la technique dite du « CV4 occipital », du traitement appelé « CV4 profond » versus un toucher dit « placebo ». Nous avons comparé l’oxygénation (HBO2) des lobes préfrontaux à l’aide d’une sonde frontale pendant 5 minutes au repos, à celle obtenue pendant 10 minutes après le Still point. Les deux manœuvres et le toucher dit « placebo » étaient réalisés de manière isolée. Nous avons également comparé l’effet d’un toucher « placebo » d’un ostéopathe à celui d’un non-professionnel de la santé.

    Etant donné la variabilité de réponses inter-sujets, nous n’obtenons pas d’effet significatif des manœuvres CV4O et CV4P lorsque l’on analyse chacun de ces 2 groupes dans leur globalité. Cependant, lorsque nous séparons un même groupe en 4 sous-groupes de réponse similaire au traitement, nous obtenons  dans le groupe CV4O de 20 sujets une augmentation significative de l’HBO2 pour 7 sujets (dont 5 hautement significative) et une diminution hautement significative pour 2 sujets. Dans le groupe CV4P de 18 sujets, nous observons une augmentation hautement significative pour 7 sujets et une diminution hautement significative pour 2 sujets.

    Pour les 30 touchers dits « placebo », une chute de l’oxygénation au cours du temps est observée. Celle-ci est hautement significative pour le groupe «placebo non-professionnel de la santé»et significative pour le groupe « placebo ostéopathe ».

  • ETUDE DE LA VALEUR DU TEST QUADRUPÉDIQUE APPLIQUÉ AUX ARTICULATIONS SACRO-ILIAQUES - 07.07.2012

    Auteurs : Mr DEVESSE et Mr TERLINDEN Directeur : Baudouin CHATELLE D.O.
    LIRE LA SUITE
  • TEST QUADRUPÉDIQUE DES ARTICULATIONS SACRO-ILIAQUES : ÉTUDE DE SA FIABILITÉ - 02.07.2011

    Auteurs : Alexandra LOLIS et Pierre SAILLEZ Directeur : Baudouin Chatelle D.O.
    LIRE LA SUITE

    Il n’existe à l’heure actuelle aucun consensus quant à l’évaluation clinique des articulations sacro-iliaques. Les tests décrits dans la littérature ne sont pas fiables. Il nous a semblé intéressant d’étudier un test dynamique, évaluant l’ensemble des articulations du bassin, dans toute leur amplitude.

    L’objectif de notre étude porte sur l’estimation de la fiabilité du test quadrupédique (décrit par G.D. Struyf), condition préalable à sa validation.

    Deux expérimentateurs ont effectué deux fois le test sur un groupe de 21 sujets, afin d’en évaluer la fiabilité inter-examinateur et la fiabilité intra-examinateur. Ils ont également utilisé un appareil de numérisation tridimensionnel afin de l’illustrer.

    L’expérience a été reproduite 3 mois plus tard, afin d’évaluer l’influence de l’expérience sur la fiabilité inter-examinateur.

    Les résultats sont que le test est fiable dans sa partie antéversion, mais pas dans sa partie rétroversion. L’expérience semble influencer la fiabilité inter-examinateur. L’utilisation de l’appareil de numérisation tridimensionnel doit être approfondie afin d’essayer de valider le test.

  • ETUDE DE L’EFFET D’UNE SÉANCE D’OSTÉOPATHIE SUR LES PERFORMANCES PROPRES À UNE POPULATION DE BASKETTEURS - 02.07.2011

    Auteurs : Pierre CLAVE et Guillaume LEROUX Directeurs : Baudouin Chatelle D.O.
    LIRE LA SUITE

                But :

    La pratique du basketball engendre de nombreuses compensations qui perturbent l’adaptation des sportifs et nuisent ainsi à l’amélioration de leurs performances. Nous avons voulu évaluer l’influence d’un traitement ostéopathique sur les performances sportives des basketteurs dans un délai de quatre jours.  Nous espérons pouvoir déterminer ainsi le temps idéal entre une séance d’ostéopathie et la rencontre hebdomadaire de basketteurs de haut niveau.

                Protocole :
    Notre échantillon d’étude est une population asymptomatique de basketteurs de haut niveau (n=32) répartis suite à des abandons dans un groupe test (n=15) et un groupe témoin (n=9). Nous avons testé les différentes performances de détente verticale (squat jump, SJ ; counter movement jump, CMJ ; counter movement jump bras libres ; CMJB), de sprint et de souplesse immédiatement après une séance d’ostéopathie, puis après vingt-quatre, quarante-huit et soixante-douze heures. Les données ont été entrées dans le logiciel d’analyse statistique SPSS (version 19) afin d’utiliser la technique d’analyse de la variance (Anova).

                Résultats :
    A partir de l’Anova, nous avons pu mettre en évidence dans notre groupe test l’amélioration significative du SJ (p=0,045*) et du sprint (p=0,011*) à partir de quarante-huit heures ainsi que l’amélioration significative du CMJ (p=0,032*) et du CMJB (p=0,003**) à partir de soixante-douze heures. Mais nous n’enregistrons aucune amélioration des performances après vingt-quatre heures. Nos résultats ne montrent pas d’influence de l’ostéopathie sur la souplesse.

                Conclusion :
    Ces résultats permettraient de conseiller la pratique d’une séance d’ostéopathie soixante-douze heures avant la rencontre pour avoir une amélioration de l’ensemble de ces performances. Pour compléter l’aspect préventif de l’ostéopathie, il serait intéressant d’ajouter un traitement par les chaines musculaires qui influence la capacité du muscle à s’étirer. L’amélioration du schéma adaptatif occasionnée par l’ostéopathie trouverait ses limites dans l’augmentation des performances qui pourrait être maintenue pardes entraînements spécifiques.

  • ETUDE DE L’INFLUENCE DE LA TECHNIQUE DITE "CV4 OCCIPITAL" ET DU TRAITEMENT DIT "CV4 PROFOND" SUR L’OXYGÉNATION DES TISSUS CÉRÉBRAUX PAR SPECTROSCOPIE INFRAROUGE, CORRÉLÉE PAR UNE ÉVALUATION DU SYSTÈME NERVEUX AUTONOME PAR HRV - 02.07.2011

    Auteurs : Michaël GRARD et Jean-Paul BRUYLS Directeurs : Jean BURNOTTE et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Notre travail de fin d’études portait sur "l’étude de l’influence de la technique dite "CV4 occipital" et du traitement dit "CV4 profond" sur l’oxygénation des tissus cérébraux par spectroscopie infrarouge, corrélée par une évaluation du système nerveux autonome par l’HRV".

    Nous avons tout d’abord pratiqué sur 20 sujets sains la technique dite "CV4 occipital" et ensuite le traitement dite du "CV4 profond". Nous avons ensuite pris 6 de ces 20 sujets pour réaliser l'inverse.

    Nous avons simultanément  mesuré l'oxygénation des tissus cérébraux par spectroscopie à infrarouge et la balance entre le système sympathique et parasympathique, à l'aide d'un cardiofréquencemètre et du programme Kubios HRV.

    Les résultats nous ont permis de voir que nous agissons de manière très hautement significative sur l'oxygénation des tissus cérébraux et ce uniquement si nous commençons la technique dite du "CV4 occipital" et finissons par le traitement dit du " CV4 profond". Toute autre chronologie est non significative. Au niveau du HRV, les résultats sont non significatifs. La chronologie joue un rôle important car nous avons pu observer une tendance parasympathique de la technique dite du "CV4 occipital" lorsque celle-ci est réalisée au début. Réalisée à la fin, cette technique aura une tendance sympathique. Nous avons pu observer aussi que le traitement dit du "CV4 profond" est toujours à tendance parasympathique.

     

  • APPROCHE OSTÉOPATHIQUE DE LA CONSTIPATION - 02.07.2011

    Auteurs : Raynald BARAIS et Christel DELFOSSE
    LIRE LA SUITE

    But  :     Evaluer     l’effet     d’un    traitement     ostéopathique     global    sur     de     sujets    souffrant     de     constipation   fonctionnelle.   

    Méthode   :   18    femmes    ont   participé    à    cette   étude.    Elles    ont   été    réparties    en   deux    groupes    :   11    sujets    ont   été    traités    par   une    approche    ostéopathique    global   incluant    des    conseils  d’hygiéno-­‐diététiques.   7    sujets    ont   simplement    reçu     des     conseils     d’hygiène     de    vie.     Chaque     sujet    a     été     traité    1     fois     toutes    les     2     semaines   pendant     4     mois,    soit     8     séances.     L’évaluation     de    l’évolution     des     symptômes     de    la     constipation     a    été   effectuée    à    l’aide   des    critères    de   Rome    III.    Les   habitudes    hygiéno-­‐diététiques    ont   été    évaluées    au   moyen   d’un   questionnaire.   

    Résultats :     Les    2     groupes     ont    évolué     de     manière    significative     concernant     l’amélioration     des    symptômes   de    constipation    pour   les    6    paramètres    étudiés,  sans    différenciation    entre   les    2    groupes.   Il    en    est    de    même   pour     4     des    5     paramètres     relatifs     aux    conseils     d’hygiène     de     vie    : augmentation de l’apport hydrique, des céréales, de fruits et légumes et diminution de la consommation d’aliments constipants. Le groupe ayant reçu seulement les conseils d’hygiène de vie présente une évolution moins homogène au cours du temps quant à la fréquence des selles et la consommation d’aliments constipants.   

    Conclusion : L’approche ostéopathique globaleapporte une aide au traitement de     la constipation, tout   comme    les    conseils  d’hygiène    de    vie   seuls,    sans    pouvoir   déterminer    la    variabilité    entre   les    deux.    Toutefois,   l’approche   ostéopathique    apporte    une   amélioration    plus    homogène   et    plus    régulière   des    symptômes    de   la   constipation   au    cours    du   temps.    Sur    le   long    terme,    cette   approche    ostéopathique    globale   apporterait    une   plus     grande     fiabilité     dans    le     traitement     de    ce     symptôme,     en    comparaison     aux     conseils     d’hygiène     de    vie   seuls.   

  • INCIDENCE DE LA TECHNIQUE DE SUTHERLAND ADAPTÉE AU LIGT INGUINAL ET D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR LES PARAMÈTRES HÉMODYNAMIQUES DE L’ARTÈRE FÉMORALE - 02.07.2011

    Auteurs : Yoann GUERY-DEVOS et Jean-Christophe GUERIN
    LIRE LA SUITE

    Propos : Certains auteurs laissent supposer un effet
    compressif du ligament inguinal sur les éléments vasculo-nerveux pouvant
    entraîner des symptômes dans le membre inférieur. Cependant aucune étude
    recherchée dans la littérature n’a pu confirmer leur hypothèse.

    Objectifs : Etude des modifications hémodynamiques de
    l’artère fémorale (diamètre, section, vitesse
    d’écoulement
    ) par échographie-doppler suite à l’application de la technique
    de Sutherland sur le ligament inguinal, comparativement aux effets d’un
    traitement ostéopathique.

    Méthode : Sur une population de 20 sujets sains (âge
    moyen : 22 ans), nous avons reproduit une situation de compression de
    l’artère fémorale. Après avoir appliqué la technique de Sutherland (N= 20) et
    le traitement ostéopathique (N=10), nous avons mesuré leur répercussion
    hémodynamique.

    Résultats : Dans chacune des deux approches, l’analyse des
    résultats obtenus ne montre aucune modification statistiquement significative
    des paramètres étudiés.

  • CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU DIAGNOSTIC OSTÉOPATHIQUE - 03.07.2010

    Auteurs : Pilar GARCIA LOPEZ et Carlos MANERO Directeurs : Jean BURNOTTE D.O.
    LIRE LA SUITE

    BACKGROUND : Ce travail analyse un modèle de diagnostique ostéopathique et un modèle d’adaptation physiologique. Il comprend deux parties. La première comporte une étude comparative d’une batterie de tests diagnostiques  stéopathiques  ualitatifs et objectivement quantifiés réalisés par deux opérateurs différents chez de sujets sédentaires « sains » . La  euxième partie est une étude de faisabilité réalisée à l’aide du Myoton® sur sujets « sains », en vue de l’objectivation  de  la palpation tissulaire du diagnostic ostéopathique.

    OBJECTIFS : La premier partie a pour but la comparaison de résultats de tests ostéopathiques qualitatifs  entres deux couples différents de thérapeutes. Et la corrélation d’une batterie de tests diagnostiques dynamiques ostéopathiques avec le  modèle  d´adaptation .

    La deuxième partie a pour but objectiver les différences de dureté musculaire gauche-droite à l’aide du Myoton® et de les comparées avec la perception  du thérapeute.

    METHODE : La premier partie : 30 sujets asymptomatiques sédentaires. Le groupe se compose 15 femmes et 15 hommes. Le deux thérapeutes commencent par le diagnostic palpatoire. Ensuite les tests de mobilité objectivés expérimentalement. La deuxième partie :11 sujets asymptomatiques. Le groupe se compose 5 femmes et 6 hommes. Le thérapeute commencent par le diagnostic palpatoire. Ensuite il prend les mesures sur  la masse paravertébrale et le muscle tenseur du fascia lata à l’aide du Myoton® dans 3 positions différentes.

    RESULTATS : Les palpations effectués séparément par les deux thérapeutes se corrèlent de manière significative de même que les palpations effectués par les deux couples de thérapeutes. Nos résultats démontrent  l’existence d’un modèle physiologique adaptatif chez des sujets asymptomatiques  et l’existence de corrélation entre une batterie de tests diagnostiques dynamiques ostéopathiques et  ce modèle .

    Le psoas semble  avoir une action de frein de la lordose, et dans une NSR lombaire il se trouvera à priori du côté de la convexité, comme frein de l’inclinaison latérale.

    Dans le deuxième partie, nous n´avons pas pu établir, dans cette étude de faisabilité, de corrélation entre nos perceptions et les mesures faites au Myoton®. Le Myoton ® semble être un bon outil  de mesure mais qui présente certaines limitations.

    CONCLUSION : Ce travail vérifie l’existence d’un modèle physiologique dynamique adaptatif  chez les sujets asymptomatiques et apporte crédibilité au diagnostic ostéopathique enseigné au sein du Collège Belge d’Ostéopathie. Il reste néanmoins de nombreuses études à réaliser pour arriver à comprendre mieux ce modèle.  

  • ETUDE DE L'INFLUENCE DE L’OSTEOPATHIE SUR LA DYNAMIQUE DE L'ATM - 03.07.2010

    Auteurs : Alain GOUVEA et Gilles BATAILLE Directeurs : Baudouin CHATELLE D.O. et Thyl SNOECK Ph.D.
    LIRE LA SUITE

    Ce travail a étudié les effets d’un traitement ostéopathique sur la dynamique de l’articulation temporo-mandibulaire. Cette étude a été réalisée sur un groupe de 16 patients présentant des troubles de la dynamique de cette articulation associés à des douleurs. Chaque patient a subi 3 traitements espacés de trois semaines chacun. Pour l’analyse de la dynamique de l’ATM, nous avons utilisé un caméscope numérique, une gouttière mandibulaire personnalisée en silicone et le logiciel DARTFISH.

    Les traitements ont consisté en une approche globale et loco-régionale incluant des techniques d’inhibitions musculaires, des techniques myotensives, fonctionnelles et crâniennes.

    Cette étude nous a permis d’observer une amélioration très hautement significative de la dynamique de l’ATM (p-valeur < 0,001) de l’ouverture buccale maximale (p-valeur < 0,001) et une diminution très hautement significative de la douleur (p-valeur < 0,001).

  • INCIDENCE DE LA MOBILISATION DE TROIS MÉSOS EN TECHNIQUE VISCÉRALE SUR LA VISCOÉLASTICITÉ TISSULAIRE DES MEMBRES SUPÉRIEUR ET INFÉRIEUR - 03.07.2010

    Auteurs : Elodie PEROT et Julien EVRARD Directeurs : Franz BUSET D.O. et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE


    Ce travail a étudié l’incidence de la mobilisation des mésos en technique ostéopathique viscérale sur la viscoélasticité tissulaire des membres supérieur et inférieur.

    Nous avions également pour objectif, la comparaison de cette approche viscérale avec une approche structurelle manipulative.

    L’analyse de la viscoélasticité tissulaire est mise en évidence par la prise du réflexe ostéo-tendineux du quadriceps et du triceps brachial.

    De cette prise de réflexe ressortent les trois variables analysées : le délai électromécanique, l’amplitude de première oscillation et l’amortissement du membre. Ces variables ont été analysées lors des différents temps : avant le traitement ; après 10 minutes de repos ; directement après le traitement ; et 10 minutes après le traitement.

    L'analyse statistique n'a montré aucun résultat significatif, à l’exception de l’effet du  embre. L’analyse des matrices de données montre une grande variabilité entre les  ndividus de notre population. L’analyse factorielle montre une bonne représentation de cette différence significative entre les membres supérieur et inférieur.

  • ESSAI D’OBJECTIVATION DES EFFETS DE LA METHODE JONES SUR LE REFLEXE T ET LA VISCOELASTICITE TISSULAIRE - 03.07.2010

    Auteurs : Arnaud QUERTINIER et David ROELANDTS Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE


    L’objet du présent travail porte sur l’étude des effets à distance d’une zone de mesure de la méthode Jones sur deux liens ostéopathiques, à savoir le lien neurologique et le lien fluidique. Ces deux liens ont été étudiés par l’analyse du réflexe T : le lien neurologique a été évalué par le temps de latence du réflexe ainsi que par l’amplitude de la première oscillation du membre testé tandis que le lien fluidique a été mesuré par le calcul de l’amortissement des quatre premières oscillations suivant la percussion du tendon. Cet amortissement nous donne une idée de la viscoélasticité tissulaire périphérique.

    Un travail précédent nous a appris que le traitement par la méthode Jones de certains « tender points » lombaires postérieurs avait un effet sur la diminution du réflexe achilléen. Nous voulions poursuivre cette étude et intégrer l’hypothèse d’Irvin Korr sur la facilitation médullaire

    Nous avons étudié les réflexes rotuliens et tricipitaux. Lors de nos expérimentations, nous avons traité du côté droit de nos sujets le point Jones correspondant au niveau médullaire de la racine du réflexe testé (à savoir L4 et C7) et, du côté gauche, le point le plus sensible après hiérarchisation de tous les points des niveaux médullaires correspondant à la racine testée.

    Cette étude nous a permis de confirmer l’effet distal de la méthode Jones sur le lien neurologique, à savoir une augmentation du temps de latence du réflexe T ainsi qu’une diminution de l’amplitude de la première oscillation du membre. Elle nous a également statistiquement montré une influence sur le lien fluidique objectivée par la diminution de l’amortissement des oscillations, et donc de la viscoélasticité périphérique. Par contre, aucune influence n’a pu être déterminée concernant le rôle d’une éventuelle facilitation médullaire.

  • IMPACT DE L’OSTEOPATHIE SUR LA DETENTE VERTICALE OBJECTIVEE PAR ERGO JUMP ETSUR DES SUJETS SPORTIFS ET SAINS - 03.07.2010

    Auteurs : Marc JAKUBIAK et Christophe ILIJAS Directeurs : Jean BURNOTTE D.O., Constantino BALESTRA Ph.D. et M. BLONDEL
    LIRE LA SUITE


    But : Le football engendre de nombreuses lésions asymptomatiques pouvant perturber les résultats des sportifs. Ce mémoire a comme objectifs de montrer l’influence de l’ostéopathie sur les performances en détente verticale sur quatre mois puis sur vingt-quatre heures pour une population de footballeurs sains.

    Matériel et méthode : Deux groupes test (N = 20) et contrôle (N = 6) dont les âges fluctuent entre 18 et 20 ans ont ainsi été constitués. L’expérimentation s’étend sur quatre périodes espacées d’un mois chacune. Au trois premières périodes, une séance d’ostéopathie d’une heure a été octroyée uniquement au groupe test, le groupe contrôle étant au repos durant cette période. Avant et après chaque séance d’ostéopathie, ou de repos en fonction du groupe considéré, deux tests de détente verticale ont été réalisés à l’aide d’un Ergo Jump™ : le squat jump (SJ) et le countermovement jump (CMJ). La quatrième période sert uniquement de test : aucune séance d’ostéopathie n’est prodiguée. A la troisième période, ces deux tests de détente verticale ont été de nouveau réalisés une heure après la séance d’ostéopathie et le lendemain uniquement sur le groupe test (N = 11) afin d’affiner les résultats après une séance d’ostéopathie.

    Résultats et interprétations : Les ANOVA sur les quatre périodes montre qu’une unique séance d’ostéopathie est suffisante pour augmenter les performances (SJ : p = 0,0303 ; CMJ : p = 0,0120). Pour le CMJ, caractérisé par une action neurophysiologique d’étirement, la progression est plus importante à chaque période, effet également visualisé par l’ANOVA de la troisième période. En effet, les résultats centrés sur cette période montrent, pour les deux sauts, une légère baisse des performances juste après la séance d’ostéopathie suivie, le lendemain,  d’une augmentation de la performance plus importante pour le CMJ (+ 3,40 cm) que pour le SJ (+ 2,56 cm). La baisse juste après la séance pour les deux sauts est due à une perturbation de la proprioception alors que l’amélioration plus importante pour le CMJ est due à l’activation de la voie proprioceptive permettant d’assister la commande volontaire, reflet de l’impact de l’ostéopathie sur ce système.

    Conclusions : Les résultats soulignent donc l’intérêt de l’ostéopathie en tant qu’outil permettant d’augmenter les performances sportives mais aussi en tant que thérapie préventive en maintenant ces performances élevées.

  • ETUDE DE L’INFLUENCE DE DEUX TECHNIQUES OSTÉOPATHIQUES DANS LE CHAMP CRÂNIOSACRÉ ET DE LA MÉTHODE DES POINTS JONES CRÂNIENS SUR LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME PAR HEART RATE VARIABILITY - 04.07.2009

    Auteurs : Laurent WALLET et Gérard MALENGREAU Directeurs : Jean BURNOTTE et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Ce travail a étudié les effets de trois techniques ostéopathiques sur le système nerveux autonome en comparaison à une technique placebo. Les techniques choisies sont le roulement des temporaux, une manœuvre sacrée et une méthode des points Jones au niveau du crâne. Nous avons aussi étudié l'influence de l'opérateur et du sexe des sujets sur les résultats. Pour ce faire nous avons sélectionné un échantillon de 32 sujets (16 femmes - 16 hommes) âgés de 25 à 35ans et décidé de faire réaliser les techniques par deux expérimentateurs. Pour étudier les effets sur le SNA nous avons choisi d'acquérir les donnés HRV (Heart Rate Variabllîty) en continu jusqu'à 10 minutes après la fin de chaque technique pour analyser l'évolution des valeurs LF, HF et le ratio LF/HF par rapport à une période de repos de 5 minutes.

    Cette recherche nous a permis d'observer un effet orthosympathique significatif (p-valeur= 0,038) de la technique sacrée durant deux minutes après la fin de celle-ci. L'analyse statistique n'a pas pu démontrer de résultat significatif pour les autres techniques. Cependant elle nous a permis de constater la présence de deux populations distinctes : l'une fort stable et l'autre avec des réactions très importantes mais désordonnées. Grâce au choix de notre échantillon, nous avons démontré que le sexe du sujet n'influe pas sur les effets des techniques. Nous avons pu également constater statistiquement que celles-ci ne sont pas opérateur-dépendants.

    L'analyse de nos valeurs, indépendamment des techniques, montre que de manière générale, le SNA des femmes varie significativement moins que celui des hommes. Quant aux deux systèmes ortho et parasympathique, nous avons démontré de façon très hautement significative (p-valeur < 0,001) qu'ils évoluent, à chaque instant, ensemble et dans le même sens.

  • ETUDE COMPARATIVE DES EFFETS DES TRAITEMENTS OSTÉOPATHIQUES « STRUCTURELS » ET « FONCTIONNELS » SUR LA PUISSANCE DES MUSCLES QUADRICEPS ET ISCHIO-JAMBIERS - 04.07.2009

    Auteurs : Damien DEJANS et David DELMARCHE Directeurs : Jean BURNOTTE et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Lors de ce travail de fin d’études, nous avons voulu répondre à plusieurs questions concernant l’influence du traitement ostéopathique sur les membres inférieurs : quel est l’impact d’un traitement ostéopathique de l’axe rachidien sur la puissance musculaire des muscles proximaux des membres inférieurs ? L’influence de ce traitement est-elle différente lors de l’utilisation exclusive de techniques dites « structurelles » ou « fonctionnelles » ? 

    A ces fins, nous avons utilisé le dynamomètre iso cinétique Biodex afin de mesurer la puissance musculaire développée par le quadriceps et les ischio-jambiers avant et après traitement ostéopathique « structurel » et « fonctionnel ». La puissance mesurée par ce système Biodex est représentative de la rapidité de contraction musculaire.

    Les résultats ne montrent aucun effet significatif par l’analyse statistique. Les statistiques descriptives permettent malgré tout la mise en évidence d’une tendance à l’augmentation de puissance du quadriceps après traitement ostéopathique structurelle. Cette tendance montrerait donc l’influence du traitement ostéopathique structurel sur l’amélioration de la proprioception du tronc, centre de l’activité neuromusculaire des membres inférieurs.

  • ESSAI D'OBJECTIVATION EXPÉRIMENTALE ET ÉTUDE COMPARATIVE D'UNE BATTERIE DE TESTS DIAGNOSTIQUES OSTÉOPATHIQUES - 04.07.2009

    Auteurs : Marie BASSEM et Lorenzo DRAGONETTI Directeur : Jean BURNOTTE
    LIRE LA SUITE

    Background : Ce travail analyse un modèle de diagnostic ostéopathique réalisé chez des sujets « sains ». il reprend et étudie, individuellement, certains tests de manière palpatoire et expérimentale.

    Objectifs : Ce travail a pour but d'étudier certains tests expérimentalement (TFL, Illi, Commère) et de les comparer aux tests effectués palpatoirement.

    Méthode : 30 sujets asymptomatiques ont été choisis pour cette étude. Le groupe se compose de 15 hommes et de 15 femmes, âgés de 19 à 39 ans.

    Les deux thérapeutes commencent par le diagnostic palpatoire, chacun séparément. Ensuite, les tests de mobilité choisis pour cette étude sont réalisés expérimentalement.

    Résultats : Les palpations effectuées séparément par les deux thérapeutes se corrèlent de manière significative. Au cours des expériences, il a été démontré pour ce groupe un comportement en second degré des systèmes myofascial et ostéoarticulaire lombopelviens. La flexion des genoux, lors du test d'Illi, entraine une rotation du bassin. Le test de la « Commère » ne présente pas de différence significative entre les descentes des deux épines iliaques postéro-supérieures (EIPS).

    Les corrélations effectuées entre les différents tests palpatoires sont toutes significatives. Les comparaisons entre les tests palpatoires et expérimentaux sont, quant à elles, pour la plupart significatives.

    Conclusion : Ce travail apporte une crédibilité et une reproductibilité scientifiques à une partie du diagnostic ostéopathique. Il reste néanmoins de nombreuses corrélations à vérifier pour valider l'entièreté du diagnostic.

  • INFLUENCE D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR LE SWING DU GOLFEUR - 04.07.2009

    Auteurs : BELLIN Nicolas et BERNARD Thierry Directeurs : R. KRIWIN et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

         Suite à la lecture de différents articles scientifiques traitant du golf, nous avons émis l'hypothèse de l'influence d'un traitement ostéopathique sur le swing du golfeur.


    Nous en avons retiré trois points majeurs :

    -       Amélioration de l'amplitude différentielle de rotation des ceintures scapulaire et pelvienne
    (facteur X).

    -       La vitesse de la tête de club de golf.

    -       Effet préventif de l'ostéopathie dans la pratique de ce sport.

     

    Notre expérience a étudié 23 sujets séparés en deux groupes
    (témoin et traité). Ils ont effectué cinq swings avant et après traitement.
    Ceux-ci étaient filmés et analysés selon deux angles de vues différents (au
    zénith et frontal)

    Les résultats enregistrés nous permettent de conclure :

    -       A une amélioration significative du facteur X.

    -       A une variation positive de la vitesse de la tête du club de golf.

    -       Un effet préventif du traitement ostéopathique n'a pu être que partiellement
    démontré.

  • COMPARAISON DES EFFETS ENGENDRÉS PAR DES TECHNIQUES OSTÉOPATHIQUES SUR LA MOBILITÉ DU RACHIS CERVICAL DE PATIENTS CERVICALGIQUES, EN FONCTION DE TRIOS APPROCHES THÉRAPEUTIQUES DIFFÉRENTES - 04.07.2009

    Auteurs : Christophe DRION et Arnaud VERJUS Directeur : Pierre DUBY
    LIRE LA SUITE

    Objectifs : Comparaison de l’influence de trois approches
    de traitement différent sur la mobilité cervicale de patient cervicalgiques.

    Matériel et méthode : 3 groupes de 12 patients évalués
    avant, immédiatement après et post 15 jours ont reçu un traitement différent
    selon le groupe.

    L’outil de mesure utilisé, est constitué du logiciel Biolens
    associé à des lunettes 3D équipées de capteurs de mouvements, « le Z800 3D
    Visor d’eMAGIN » pour étudier la mobilité de la colonne cervicale ainsi
    que la précision de ces mouvements.

    Résultats : Cette étude n’a pas démontré d’effets
    significatifs des différents traitements sur la mobilité cervicale. Cependant,
    chaque traitement s’est avéré très hautement significatif.

    Conclusion : Bien que des études complémentaires soient
    indispensables, nous ne pouvons affirmer à ce jour, l’efficacité d’un
    traitement par rapport à un autre sur la mobilité cervicale.

  • PRÉSENTATION ET COMPARAISON DES DIFFÉRENTES APPROCHES SOMATO-ÉMOTIONNELLES ET LEURS CHAMPS D’APPLICATION SUIVANT LE CONCEPT OSTÉOPATHIQUE - 04.07.2009

    Auteurs : Sara Defendi et Caroline JACOB Directeur : Baudouin Chatelle
    LIRE LA SUITE

    Cette dernière décennie, la médecine du corps et de l'esprit
    suscite un intérêt croissant. Ce mémoire analyse la pensée philosophique, les
    courants de la psychologie ainsi que les avancées scientifiques traitants de la
    relation corps-esprit. Notre démarche s'attache principalement à éclaircir le
    concept d’«ostéopathie somato-émotionelle». Nous avons analysé, résumé et
    comparé les approches psychothérapeutiques incluant la dimension corporelle de
    Freud à aujourd'hui.

     

    Le monde de la recherche biomédicale a permis de donner un
    support scientifique aux découvertes empiriques des psychothérapeutes et
    ostéopathes avant-gardistes. Nous avons synthétisé les découvertes des
    neurosciences du début du XXème siècle à aujourd'hui et établi des liens entre
    ces recherches et l'évolution de la pratique ostéopathique.


    Notre travail tente de mettre en lumière, grâce
    à l'apport des neurosciences, le domaine de l'émotionnel qui devient une
    réalité organique. On entrevoit que le dualisme Cartésien, c'est à dire la
    séparation du corps et de l'esprit, comme base de la médecine moderne, touche à
    ses limites. Toutefois, au terme de ce travail, nous n'avons pu établir un lien
    de causalité direct entre une approche définie et une modification avérée de
    l'état psychologique, ce qui est en accord avec le concept ostéopathique.

  • LA PLACE DE L’OSTÉOPATHIE DANS LE TRAITEMENT DE LA DYSMÉNORRHÉE PRIMAIRE - 04.07.2009

    Auteur : Maria-Luisa DE BRUYN Directeur : Franz BUSET
    LIRE LA SUITE

    La dysménorrhée primaire est une pathologie qui touche largement la population féminine avec un impact
    socio-économique et psychologique important. Sa physiopathologie est encore mal connue.

    Les traitements actuels de référence sont constitués par les oestroprogestatifs oraux et les anti-inflammatoires non
    stéroïdiens. Si ces traitements parviennent à soulager la grande majorité des patientes, ils ne sont toutefois pas dénués
    d’effets secondaires et de complications.

    Avec l’objectif de soulager les symptômes associés à la dysménorrhée de nombreux traitements alternatifs ont
    été proposés parmi lesquels la manipulation vertébrale.

    Si certaines études ont montré des résultats prometteurs, il n’y a toute fois pas de données scientifiques
    suffisantes pour émettre des recommandations thérapeutiques.

    La thérapie manuelle n’a pas pu montrer d’efficacité mais les études ont souffert de nombreux biais
    méthodologiques.

    En l’absence d’une approche globale du patient, caractéristique de l’ostéopathie, on ne dispose pas, actuellement, de
    données spécifiques à nos pratiques.

  • OBJECTIVATION PAR ÉCHOGRAPHIE-DOPPLER DE L’INFLUENCE DE TRIOS TECHNIQUES OSTÉOPATHIQUES SUR LE RETOUR VEINEUX CRÂNIEN - 05.07.2008

    Auteurs : Françoise ACHTEN et Delphine TAZI Directeur : Baudouin Chatelle D.O.
    LIRE LA SUITE

    Les ambitions de ce mémoire étaient de poursuivre une étude précédente1 sur le retour veineux crânien et d'en objectiver les effets de trois techniques : l’étirement de l'aponévrose cervicale moyenne, les sinus veineux du crâne ainsi que le « CV4 » du sacrum.

    Par échographie-doppler, nous avons mesuré la vitesse du flux et le diamètre de la veine jugulaire interne. Notre expérimentation nous a permis d'objectiver une augmentation très hautement significative du diamètre et hautement significative du débit dans la veine jugulaire interne après la technique du « CV4 » du sacrum. A l'inverse, les deux autres techniques ne démontrent pas d'amélioration statistiquement significative du débit.

    Afin de mettre en évidence un éventuel lien neurologique, nous avons enregistré F« Heart Rate Variability », témoin de l'activité du système nerveux autonome (SNA). Aucune influence significative du SNA ne peut être mise en évidence.

    D'un point de vue ostéopathique, il est intéressant de constater qu'immédiatement après l'une des trois techniques 100 % des sujets ont une augmentation du débit et qu'après cinq minutes, ce taux est encore de 89 %.

  • LES EFFETS DE LA MOBILISATION DE TROIS PAGES DU VENTRE ET DE LA TECHNIQUE WEBSTER SUR LA ROTATION CERVICALE ET SUR LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME - 05.07.2008

    Auteurs : Benoist PELET et Adeline BAILLET Directeur : Franz Buset
    LIRE LA SUITE

    Sujet : Etude des effets sur la rotation cervicale et le système nerveux autonome de la technique Webster et de la mobilisation des trois pages du ventre.

    Moyens : Les effets sur la rotation cervicale sont objectivés par la mesure de l’amplitude maximale active en utilisant le goniomètre Myrin®.

    Les effets sur le système nerveux autonome sont objectivés par la mesure HRV (Heart Rate Variability ; montre polar®.

    Méthode : Nous avons travaillé avec 12 sujets d’une moyenne d’âge de 31,2 ans allant 26 à 48 ans et mesuré les différents paramètres de chaque technique à une semaine d’intervalle sur le même groupe.

    Résultats : L’analyse statistique des valeurs de rotation cervicale montre qu’il y a une variation de celle-ci avant et après la mobilisation viscérale des trois pages du ventre (mésosigmoïde, mésocôlon transverse et racine du mésentère) ainsi que la technique Webster de manière significative. Nous observons que la tendance est à l’augmentation.

    L’analyse statistique concernant les valeurs prises dix minutes après les manœuvres ne donnent pas de résultats significatifs. Nous ne pouvons donc pas conclure des effets de chaque manœuvre sur la rotation cervicale dans le temps.

    La comparaison des valeurs entre les deux techniques ne donnent pas de résultats significatifs ce qui nous permet de réfuter l’hypothèse qu’une technique a plus d’effet que l’autre sur la rotation cervicale dans notre échantillon.

    En ce qui concerne l’analyse statistique des valeurs HRV (LF=orthosympathique, HF=parasympathique, LF/HF=balance ortho-para), aucun résultat n’est significatif. Mais toutefois nous ne pouvons pas en conclure que les techniques expérimentées n’ont aucun effet sur le système nerveux autonome.

  • INFLUENCE DE LA TECHNIQUE DE JONES SUR LE SYSTÈME NERVEUX VÉGÉTATIF - 05.07.2008

    Auteur : Xavier PARIS Directeurs : Jean BURNOTTE et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Certaines études ont mis en évidence t'influence de la technique de Lawrence H. Jones D.O. sur le système nerveux périphérique par des mesures sur les réflexes H et T. Une seule a exploré l'influence de cette technique sur le système nerveux végétatif. Nous avons tenté d'aller plus loin en étudiant la réaction de 20 sujets sains, 10 hommes et 10 femmes, après avoir diagnostiqué et traité 5 points Jones : 3 points crâniens, le point sterno-costal C8 et le point de la 2ème côte. Nous avons voulu objectiver nos résultats par une mesure écho-Doppler de la veine jugulaire interne et une mesure HRV des fréquences cardiaques. Nous avons choisi les paramètres suivants : d'une part le diamètre de la veine et la vélocité du sang circulant pour l'écho-doppler; d'autre part tes fréquences HF, LF et leur ratio LF/HF pour la mesure HRV. Nous n'avons pas obtenu de résultats significatifs sur l'une ou l'autre mesure en dehors d'une réaction inverse de la vélocité du sang entre les hommes et les femmes. Mais nous avons mis en perspective notre étude et les études passées en tentant d'apporter un éclairage sur le champ d'action de la technique de Jones et certaines possibilités de recherches sur cette différence de réaction entre les populations féminines et masculines.

  • ETUDE DE L'INFLUENCE DE LA MANIPULATION DU REIN SUR LE RÉFLEXE ROTULIEN - 05.07.2008

    Auteurs : Thomas Von WALDBURG et Imanol MENA MAURITZ Directeurs : Franz Buset et Constantino BALESTRA
    LIRE LA SUITE

    Suite à des travaux antérieurs établissant un lien entre la mobilité de la hanche et la mobilisation du rein nous avons voulu étudier l'existence d'un lien neurologique pour tenter d'expliquer ce lien. Pour ce faire nous avons étudié sur 13 sujets le réflexe rotulien avant et après mobilisation du rein et comparé les valeurs au réflexe rotulien enregistré avant et après une période de 3 minutes en décubitus dorsal. Le réflexe a été frappé avec un marteau fixé dans un dispositif de notre conception et muni d'un capteur piézoélectrique relié à un enregistreur. Les résultats enregistrés ne sont pas statistiquement significatifs mais tendent à montrer que la différence de l'amplitude du réflexe rotulien est moins importante avant et après manipulation qu'en décubitus sans manipulation.

  • ASPECTS NEURO-MÉCANIQUES DE LA MANIPULATION VERTÉBRALE : SYNTHÈSE DE LA LITTÉRATURE - 05.07.2008

    Auteurs : Yves THIMISTER et Morgan LEVENEZ Directeurs : Franz BUSET et Jacques DUCHATEAU
    LIRE LA SUITE

    En dépit des preuves cliniques de ces bénéfices et de l'usage apparemment étendu de la manipulation vertébrale, les mécanismes physiologiques sous-jacents sont mal connus. Un support théorique existe à partir duquel les hypothèses des effets neuro-mécaniques de la manipulation vertébrale peuvent être développées. Un corpus de preuves expérimentales existe indiquant que la manipulation vertébrale affecte les afférences primaires des tissus para vertébraux, le système de contrôle moteur et le processus de la douleur. Des travaux expérimentaux dans ce domaine sont requis et devraient être encouragés pour aider à mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à la manipulation vertébrale.

  • ETUDE COMPARATIVE DE L’IMPACT DES TECHNIQUES DE A.G. CHILA ET L.H. JONES SUR LE DÉBIT DE L’ARTÈRE SOUS-CLAVIÈRE - 05.07.2008

    Auteurs : Pascal LE BOURBOUACH et Blaise DEBAY Directeur : Michel RENIER
    LIRE LA SUITE

    Notre expérience clinique sur deux patientes présentant des symptômes de compressions de l'artère sous-clavière, objectivés par des examens en échographie-Doppler, nous a amené à réaliser cette étude. Nous avons expérimenté, sur ces deux patientes, les techniques de  A.G. Chila et L.H. Jones avec de bons résultats.

    Notre objectif étant de démontrer l'impact de deux techniques ostéopathiques sur la vascularisation du membre supérieur.

    Pour ce faire nous avons volontairement pris une population de sujets dits sains, selon nos facteurs d'exclusions.

    Il nous a semblé que l'utilisation de Pécho-Doppler était une méthode d'investigation adaptée à notre recherche.

    D'après les résultats que nous avons obtenus, nous constatons que l'utilisation d’une technique ostéopathique visant à relâcher le complexe cervico-scapulaire et le membre supérieur amène une augmentation du débit dans l'artère sous-clavière.

    II semble que l’addition des deux techniques que nous avons investigué n'apporte aucun bénéfice du point de vue de notre recherche. Nous pouvons simplement avancer que la technique de L.H. Jones aurait un impact plus proximal n’augmentant le débit que dans l’artère sous-clavière, alors que la technique de  A.G. Chila aurait un impact plus global dans le sens disto-proximal de tout le membre supérieur jusqu'aux fascias de l'épaule et aux fascias cervicaux.

    Malgré le nombre restreint de mesures dans le groupe témoin, les résultats semblent tendre vers une absence d’influence de la manœuvre réalisée sur le débit dans l’artère sous-clavière. Il est évident qu’un plus grand nombre de sujets serait nécessaire pour une analyse statistique pertinente.

    Les techniques que nous avons choisies pour cette étude semblent avoir un impact sur le débit de l’artère sous-clavière. Leur réalisation en tant que techniques fonctionnelles, les structures anatomiques auxquelles elles s’intéressent et les principes physiologiques qui s’y attachent, font de ces techniques des techniques de choix pour travailler cette région.

    Cette approche pourrait être utile dans la résolution des processus pathologiques intéressant le défilé cervico-thoracique.

  • EFFET DE LA MOBILISATION DU COLON SIGMOÏDE ET DE LA MOBILISATION CERVICALE SUR LA VEINE FÉMORALE ET SUR LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME OBJECTIVÉS PAR ÉCHO DOPPLER ET HEART RATE VARIABILITY (HRV) - 05.07.2008

    Auteurs : Virginie SOREL et Elisabeth BRAY Directeur : Franz BUSET
    LIRE LA SUITE

    Le but de notre mémoire est d’objectiver l’influence d’une mobilisation du colon sigmoïde et de la région cervicale.

    Nous avons mesuré chez 10 patients sains les variations de flux sanguin et de diamètre de la veine fémorale par écho-Doppler. Ces mesures sont couplées avec une prise de la variation du système ortho et parasympathique par une montre de type Polar RS800. 

    Ces mesures ont été comparées au groupe contrôle constitué de 10 sujets sains chez qui nous avons pris les mêmes variables.

    L’analyse statistique des résultats ne démontrent rien de significatif excepté pour le rapport HF/LF au niveau du colon sigmoïde ainsi que pour le débit suite à la réalisation du GOT.

  • ETUDE DES EFFETS NEURO-VÉGÉTATIFS ET CIRCULATOIRES DES MANœUVRES DITES DU "CV4 PROFOND" - 05.07.2008

    Auteurs : Sébastien FLORIN et Xavier BERTIN Directeurs : Jean BURNOTTE et Constantino BALESTRA
    LIRE LA SUITE

    Lors de ce travail de fin d'études, nous avons voulu répondre à plusieurs questions concernant les manœuvres dites de « compression profonde du quatrième ventricule » : cette technique a-t-elle une action vasculaire? Si cette action existe, a-t-elle lieu au moment du Still point ou après celui-ci? Notre travail confirmera-t-il l'effet neurovégétatif à tendance parasympathique du CV4 profond déjà démontré par les études précédentes?

    A ces fins, nous avons soumis l'application de ces manœuvres à deux moyens de mesure : d'une par, l'écho-doppler qui permet de mesurer diamètre et vélocité de la veine jugulaire interne, d'autre part, la mesure du HRV (Heart Rate Variability) qui définit la balance entre le système orthosympathique et le système parasympathique. Nous avons donc réalisé les mesures de ces paramètres à 3 reprises : au repos, au moment du Still point et après la technique. 

    Les résultats mettent en évidence une influence hautement significative (p-value = 0,005) de la « compression profonde du quatrième ventricule » sur la vélocité de la veine jugulaire interne dans le sens de l'augmentation et une influence significative (p-value = 0,049) sur le diamètre dans le sens de la diminution. Ces modifications hémodynamiques mesurées permettent de croire à une amélioration du drainage du sang veineux crânien. En outre, c'est au moment du Still point que s'obtiennent ces résultats de façon prépondérante (p-value = 0,0009=, ce qui permet de conclure qu'il existe une action réelle sur le lien fluidique ressentie par l'ostéopathe au cours de la réalisation de la technique.

    L'analyse statistique ne nous a pas permis de confirmer les résultats des travaux de fin d'études dirigés précédemment par le CBO. La tendance parasympathique globalement retrouvée dans ces études ne se confirme pas dans le protocole que nous avons suivi.

  • ETUDE DES EFFETS DE LA TECHNIQUE DU ROULEMENT ALTERNATIF DES TEMPORAUX SUR LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LA VEINE JUGULAIRE INTERNE - 05.07.2008

    Auteur : Daphnée DEPELCHIN Directeurs : Michel RENIER et Pierre CULLUS
    LIRE LA SUITE

    Sujet : étude des effets de la technique du roulement alternatif des temporaux sur le système nerveux autonome et sur la veine jugulaire interne.

    Moyens : les effets de la technique sont objectivés de manière indirecte par deux mesures.

    1. L'écho-Doppler : effectué sur la veine jugulaire interne en prenant en compte tes paramètres vélocité et diamètre.
    2. L'HRV : par une montre Polar mesurant les variations de la fréquence cardiaque seconde par seconde.

    Méthodes : des sujets au nombre de 20 se sont prêtés à l'expérimentation. Le protocole est commun pour deux autres travaux de fin d'études : MM. Florin et Bertin, et M. Paris, mesurant les mêmes paramètres et utilisant, quant à eux, respectivement les techniques CV4 et Jones.

    Résultats : pour ce qui est de l'étude de l'écho-Doppler nous obtenons une variation très hautement significative pour la vélocité et significative pour le diamètre de la veine.

    Pour l'HRV les valeurs analysées sont LF : orthosympathique; HF : parasympathique; LF HF : la balance entre ortho et parasympathique. Elles ne donnent pas de résultats statistiques significatifs. Un complément d'étude statistique par représentation graphique a été effectué pour tenter de structurer les résultats obtenus.

    Nous pouvons conclure que la technique du roulement alternative des temporaux exerce une action sur le drainage du sang venant du crâne et que les résultats de la manipulation sur le SNA sont, dans une approche prudente, sujets à caution.

  • INCIDENCES D'UNE MOBILISATION DU FOIE SUR LES SYSTÈMES CARDIO-VASCULAIRE ET NERVEUX AUTONOME OBJECTIVÉES PAR ÉCHO DOPPLER ET HEART RATE VARIABILITY (HRV) - 05.07.2008

    Auteurs : Emilie DUBOC et Anne-Florence NGUYEN HIEU LIEM Directeur : Baudouin Chatelle
    LIRE LA SUITE

    Objectif : Les travaux de recherche dans le domaine de l'ostéopathie viscérale sont malheureusement peu nombreux, ce domaine mérite pourtant toute notre attention. L'importance du foie de par sa situation, ses rapports, et ses nombreuses fonctions, nous a amené à l'élaboration de ce travail expérimental. Nous nous sommes donc intéressées aux réponses du système cardiovasculaire et du système nerveux autonome engendrées par une mobilisation ostéopathique du foie, et en particulier sur ses effets sur le retour veineux.

    Méthode : L'écho Doppler a été utilisé pour évaluer les paramètres hémodynamiques au niveau de la veine fémorale, et le HRV comme indicateur de la balance sympatico-vagale. Ces mesures ont été effectuées chez 20 volontaires répartis en 2 groupes. Les 10 sujets du groupe expérimental ont reçu les manœuvres de mobilisations ostéopathiques du foie ainsi que du thorax controlatéral, et les 10 sujets du groupe contrôle ont été mis en position déclive.

    Résultats/Conclusion : Au vue de 1 "étude statistique, les résultats sont non significatifs d'une manière générale et ne permettent donc pas de démontrer l'existence ou l'absence d'effets hémodynamiques d'une pan, et d'autre part de réponses du système nerveux autonome.

  • INFLUENCE D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR UNE DIMINUTION DE PERFUSION DU MEMBRE SUPÉRIEUR MESURÉE PAR UN APPAREIL DOPPLER VASCULAIRE - 07.07.2007

    Auteur : Marc THEUWISEN Directeur : Michel RENIER
    LIRE LA SUITE

    Par ce travail, il a été tenté d’objectiver l’influence d’un
    traitement ostéopathique complet et adapté à chaque patient sur une diminution
    de la perfusion du membre supérieur dans une population de 11 patients (8
    femmes et 3 hommes âgés de 22 à 57 ans).


    Pour ce faire, le flux artériel du bras symptomatique a été
    mesuré avant et après chaque traitement grâce à un appareil doppler vasculaire.


    Les températures de mains symptomatiques ont également été
    mesurées avant et après chaque traitement; ainsi que les températures des mains
    asymptomatiques et frontales pour écarter une éventuelle hausse de température
    due à la chaleur de la pièce de traitement.


    Les paramètres cardiaques (fréquence et tension artérielle)
    ont également été systématiquement mesurés avant et après.


    Parallèlement, des mesures de HRV (variation du rythme
    cardiaque) qui informent de l’état de balance du système nerveux autonome,
    modulateur important du diamètre vasculaire et donc de la perfusion ont été
    prises avant et après chaque traitement.


    Enfin, une échelle visuelle de satisfaction détermine le
    niveau de satisfaction des patients au traitement.


    Les résultats de flux artériel ont pu mettre en évidence une
    augmentation hautement significative à la fin de la première séance et presque
    significative à la fin de la deuxième; les autres résultats sont non
    significatifs.


    Parallèlement à ces résultats, on observe également une
    augmentation très hautement significative de la température de la main
    symptomatique en fin de première séance. Les autres résultats de température
    sont tous non significatifs, ainsi que les résultats de température des mains
    asymptomatiques et frontales, ce qui permet d’exclure une augmentation de
    température due à la chaleur de la pièce de traitement.


    Les résultats concernant la tension artérielle et la
    fréquence cardiaque sont tous non significatifs, ce qui exclut l’hypothèse que
    ce serait une augmentation de l’activité cardiaque qui serait responsable de
    cette augmentation de flux artériel observée en fin de premier traitement,

     

    Ces résultats permettent d’affirmer que c’est surtout après
    la première séance qu’un traitement ostéopathique complet sur une diminution de
    perfusion du membre supérieur est le plus efficace.


    Les résultats de mesure de HRV sont tous non significatifs
    et il n’a donc pas été possible de mettre en évidence une participation nette
    du système neuro-végétatif à cette augmentation de flux et de température de la
    main symptomatique à la fin du premier traitement.


    Par contre, les résultats de l’échelle visuelle de
    satisfaction qui sont très hautement significatifs entre la première et
    deuxième séance, hautement significatifs entre la première et troisième séance
    et significatifs entre la dernière séance et quinze jours après cette dernière
    permettent de penser que les patients, de manière générale sont très satisfaits
    des résultats obtenus et c’est certainement l’une des priorités de
    l’ostéopathie même s’il ne doit pas s’en contenter.

  • INFLUENCE D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR LES DYSMÉNORRHÉES PRIMAIRES ET COMPARAISON AVEC UN SOUTIEN NUTRITIONNEL - 07.07.2007

    Auteurs : Alain TALBOT et Robin CHARLES Directeurs : Franz BUSET et Jean RIF
    LIRE LA SUITE

    A partir de l’étude de la littérature et de l’expérimentation clinique, nous avons tenté de répondre à la question suivante :

    « Quelle est l’influence d’un traitement ostéopathique sure les dysménorrhées primaires en le comparant avec un soutien nutritionnel ? »

    Pour objectiver cette influence, nous nous sommes servis d’un questionnaire traitant les différents paramètres dysménorrhéiques et d’une mesure par écho-Doppler de l’indice de résistance vasculaire de l’artère utérine.

    Dix-huit jeunes filles, réparties en deux groupes, ont bénéficié d’un traitement ostéopathique. Neuf d’entre elles ont reçu, en plus, un complément nutritionnel.

    L’étude s’étale sur trois cycles.

    L’analyse statistique du questionnaire nous permet d’objectiver une diminution franche de la symptomatologie au cours des trois traitements ostéopathiques.

    Il n’y a pas de différences objectivables entre les deux groupes (avec ou sans complément nutritionnel). L’influence des deux types de traitements s’est révélée non-significatives sur le paramètre vasculaire.

  • ETUDE DE L'INFLUENCE DES TECHNIQUES STRUCTURELLES APPLIQUÉES À LA CHARNIÈRE CERVICO-DORSALE (C5-D4) SUR LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET SUR LE SYSTÈME CIRCULATOIRE PAR LA MESURE DU H.R.V. ET LA MESURE DE LA F.M.D. - 07.07.2007

    Auteurs : Xavier THIRY et Emmanuel BARANOWSKI Directeur : Jean BURNOTTE D.O.
    LIRE LA SUITE

    Nous avons voulu par ce travail étudier et tenter d'objectiver l'influence des manipulations structurelles (de type thrust) à la charnière cervico dorsale (C5-D4) sur le système nerveux autonome et sur le système circulatoire, au travers des mesures des paramètres cardiaques H.R.V. et de la mesure de la F.M.D. Sur l'artère brachiale gauche.

    Nous avons utilisé respectivement une population de 20 et 18 sujets masculins jeunes (20 à 30 ans) en bonne santé et ne prenant pas de médication, pour la F.M.D. et le le H.R.V.. ils sont informés qu'ils participent à une étude mesurant des paramètres physiologiques dans le cadre d'une expérimentation d'un travail de fin d'études en ostéopathie. Les conditions d'expérimentations sont assez strictes, température identique, pas de stimulation sonore ni visuelle avec interdiction de parler et de bouger.

    Les résultats de l'étude l'H.R.V. nous ont permis de mettre en évidence une augmentation significative de l'activité parasympathique (augmentation du paramètre H.F.). les résultats statistiques concernant L.F. et le ratio L.F./H.F., ne nous permettent pas d'avoir des variations significatives. Mais l'observation des résultats à tendance à nous faire penser qu'il se passe bien quelque chose, mais ce n'es pas analysable.

    Les résultats de l'étude de la F.M.D., nous montre que les techniques structurelles offre une augmentation significative de la dilatation artérielle brachial gauche après manœuvres. Cette étude nous montre aussi que l'ordre est très significatif dans les résultats mais que c'est plus par la succession et l'addition des manœuvres que par l'agencement des techniques. 

    On voit aussi dans l'étude statistiques que les techniques mélangées (Jones et Structurelles) sont plus significatives que les techniques appliquées seules.

    Même si ces hypothèses doivent être traitées avec la plus grande précaution, nous pouvons nous dire que les techniques ostéopathiques structurelles sur la charnière cervico dorsale ont un effet sur le système nerveux autonome et sur le système circulatoire. Mais nous ne pouvons comparer cela à la réalité physiologique ; il nous aurait fallu un échantillonnage considérablement plus grand et diversifiés. Néanmoins ces suppositions restent médiatrices de futures recherches.

  • EFFETS À COURT TERME DE LA MANIPULATION CERVICALE ET DE LA TECHNIQUE DITE « CV4 PROFOND » SUR LE PUPIL CYCLE TIME ET L'HEART RATE VARIABILITY - 07.07.2007

    Auteur : Ismaël GONZALEZ et David VALERO Directeur : Jean BURNOTTE D.O. et Constantino BALESTRA Ph. D.
    LIRE LA SUITE

     L'Edge Light Cycle Time (ELPCT) permet d'étudier les propriétés dynamiques du mouvement pupillaire et il est un test clinique simple et précis pour objectiver les variations du Système Nerveux Autonome (S.N.A.). Effectivement, en dehors de pathologies neurologiques, certaines dysfonctions non neurologiques peuvent faire varier l'ELPCT par leurs effets sur la vitesse de conduction du SNA. Dans cette étude, une technique crânienne dite « CV4 profond » et une technique de manipulation directe sur les cervicales « Hight Velocity Low Amplitude » sont utilisés sur deux groupes de 10 sujets afin de découvrir si premièrement l'ordre d'exécution des techniques a une influence sur les résultats et si deuxièmement ces techniques entraînent une variation de la période du cycle pupillaire et du rythme cardiaque. On peut conclure que l'ordre des techniques n'a pas d'incidence. La technique « CV4 profond » entraine une diminution très significative du PCT (P=0,001) ainsi qu'une influence significative sur l'intervalle RR (P=0,025) avec une tendance parasympathique. Par contre les techniques « HVT cervical » et « rotation volontaire de la tête » n'ont pas d'influence significative sur le PCT et ne montrent pas de tendance particulière.

     

    Mots Clés : Edge Light Pupil Cycle Time (ELPCT), Heart Rate Variability (HRV), CV4, manipulation cervicale, système nerveux autonome.

  • RETOUR VEINEUX CRÂNIEN : OBJECTIVATION PAR ÉCHOGRAPHIE-DOPPLER DE L'INFLUENCE DE L’ÉTIREMENT DE L'APONÉVROSE CERVICALE MOYENNE ET DE LA TECHNIQUE DES SINUS VEINEUX DU CRÂNE SUR LE FLUX SANGUIN DE LA VEINE JUGULAIRE INTERNE. - 07.07.2007

    Auteurs : Vincent GERARD et Philippe GOFFIN Directeurs : Baudouin CHATELLE D.O. et Constantino BALESTRA Ph. D.
    LIRE LA SUITE

    Le but de notre mémoire est d'objectiver l'influence de la technique des sinus veineux du crâne et de l'étirement de l'aponévrose cervicale moyenne sur l'hémodynamique crânienne et sur le retour veineux en particulier. Nous avons mesuré chez neuf sujets sains les variations de flux sanguin et de diamètre de la veine jugulaire interne par échographie-doppler. Ces mesures sont couplées avec une prise de la fréquence cardiaque. L'analyse statistique des résultats démontre une augmentation significative (P<0,05) du flux sanguin dans la veine jugulaire interne directement après la technique de l'aponévrose cervicale moyenne et cinq minutes après la technique des sinus veineux. Nous avons également observé une tendance à l'augmentation du diamètre de la veine jugulaire interne mais qui n'est pas statistiquement significative (P>0.05).

    En conclusion, les augmentations de flux apportées par les deux techniques sont statistiquement significatives mais de modalités différentes. Certaines hypothèses ont été étayées et nous pensons qu'il serait intéressant qu'elles fassent l'objet d'études ultérieures.

  • LES EFFETS DE LA TECHNIQUE JONES SUR LE SYSTEME NERVEUX - 07.07.2007

    Auteur : Bérangère PORCHON Directeurs : Jean BURNOTTE D.O., Constantino BALESTRA Ph.D. et Mr GERARD
    LIRE LA SUITE

    Sujet : Etude des effets sur le système nerveux autonome de la technique Jones (de C5 à D4).

    Moyens : Les effets sur le système nerveux autonome seront objectivés de manière indirecte par deux mesures.

    1. Mesure HRV (Heart
      Rate Variability), c'est-à-dire, la variation de la fréquence cardiaque seconde par seconde (montre polar®)
    2. Mesure de la FMD
      (Flow Mediated Dilatation), ou, la variation du diamètre de l'artère brachiale (échographie et pléthysmographie).

    Méthodes : Nous avons travaillé avec 20 sujets masculins âgés de 18 à 30 ans sans plainte particulière.

    Ces derniers sont informés de leur participation à une étude mesurant des paramètres physiologiques liés au fonctionnement de leur système nerveux avant et après manipulations ostéopathiques.

    Notre travail se déroule en parallèle avec un autre travail de fin d'étude (Monsieur Thiry et Baranowski) mesurant les mêmes paramètres et utilisant, quant à eux, une technique de type trust.

    Résultats : L'analyse statistique des valeurs HRV (LF = orthosympathique; HF = parasympathique et LF/HF = balance de l'équilibre dynamique du système nerveux autonome) ne donne pas de résultats statistiquement significatifs. Mais, toutefois, nous ne pouvons pas en conclure que la technique Jones n'a aucun effet sur ce système. En effet, l’analyse intra sujet montre une variation des différents paramètres très significative.

    En ce qui concerne l'étude de la FMD, nous obtenons une variation très significative de la valeur (diamètre artériel) avant et après technique Jones.

    L'analyse parallèle des deux techniques utilisées sur la même population (Jones et trust) nous donne plusieurs indications.

    Pour la FMD, les deux techniques influencent significativement la variation de diamètre de l'artère. Chaque technique ayant le même effet sur ce paramètre. (Pas de différence d'action entre tes deux techniques.)

    Pour le HRV, il semblerait que la technique trust donne une modification significative de la valeur HF.

    Les deux techniques présentent également des variations très significatives pour chaque paramètre si l'on ne prend en compte que la réaction d'un même individu avant et après manipulation.

    Nous pouvons donc dire que les manipulations ont un effet sur le système nerveux de chaque individu, mais que cette action dépend du niveau manipulé et de la réaction  ropre de l’organisme.

  • EFFET D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR LA PROPRIOCEPTION LOMBAIRE DES PATIENTS LOMBALGIQUES - 07.07.2007

    Auteurs : Marie-Caroline WILLIEME et David AURIAULT Directeur : V. Feipel, PT, PhD
    LIRE LA SUITE

    Objectif :
    Notre recherche avait pour but d’étudier l’effet d’un traitement ostéopathique sur la proprioception chez les patients lombalgiques.

    Matériel et méthode : Notre échantillon est composé de 3 groupes : un groupe témoin de 12 individus sains, 2 groupes de sujets lombalgiques chroniques (9 composant le groupe contrôle, 10 pour les sujets traités). La proprioception a été analysée selon trois axes : un test de repositionnement, un test d’équilibre assis sur une planche de type Freeman et un test de perception du mouvement assis sur coussin d’air. L’électrogoniomètre 3D CA 6000 Spine Motion Analyser (OSI, Union City, CA, USA) a été utilisé pour enregistrer les mesures. Un questionnaire d’évaluation de la douleur (Echelle Visuelle Analogue(EVA)) et un questionnaire d’incapacité fonctionnelle (Oswestry Disability Index (ODI)) ont été remis aux patients lombalgiques avant et après les trois séances d’ostéopathie.

    Résultats :

    L’effet du traitement ostéopathique n’a montré qu’une tendance à la signification concernant le test de positionnement en flexion pure (p=0,08) et l’évolution de la douleur après traitement (p=0,06). Une différence significative concernant l’interaction entre les facteurs « groupe », « modalité » et « moment » (p=0,04) a été constatée lors du test d’équilibre assis (%out).

    Conclusion :

    Notre étude ne permet pas d’affirmer que la prise en charge ostéopathique à court terme a un effet sur la douleur ou la proprioception lombaire du patient lombalgique chronique. Dans le futur, il serait intéressant d’analyser les stratégies motrices/proprioceptives utilisées par ce dernier.

  • TRAITEMENT DU DIAPHRAGME ET TRAITEMENT DES FASCIAS CERVICO-THORACIQUES. Y A-T-IL UNE COMPLÉMENTARITÉ ? - 07.07.2007

    Auteurs : Frédéric Nicaise et Gaëtan Minsart Directeur : Baudouin Chatelle D.O.
    LIRE LA SUITE

    Objectifs : Influence d’un traitement du diaphragme et d’un traitement des fascias cervico-thoraciques sur la force des muscles inspiratoires et sur la fonction respiratoire.

    Expérimentation : Nous avons évalué la force des muscles inspiratoires en mesurant la pression nasale et la pression inspiratoire maximale. Pour la fonction respiratoire, elle fut basée sur l’étude des volumes et des débits pulmonaires. Notre population de 32 personnes scindée en quatre groupes de huit : un groupe où nous réalisons un traitement sur le diaphragme, un groupe où nous réalisons un traitement des fascias cervico-thoraciques, un groupe où nous combinons ces deux traitements. Sur le dernier groupe, des apnéistes, nous effectuons les deux traitements. Les patients sont vus trois fois à quinze jours d’intervalle.

    Résultats :Nous avons constaté une amélioration significative par rapport aux mesures prises avant la première séance et celles prises après la troisième séance, de la pression inspiratoire maximale et de la pression nasale pour les personnes ayant subi un traitement du diaphragme et pour celles ayant subi une combinaison des deux traitements. Le traitement des aponévroses n’a pas révélé de modification de pression; par contre il montre une amélioration significative de certains débits expiratoires (DEP et DEM 75).

    Conclusion : Le traitement du diaphragme influence l’inspiration et le traitement des fascias cervico-thoraciques influence l’expiration ?

  • ETUDE DE L’INFLUENCE D’UNE TECHNIQUE OSTÉOPATHIQUE SUR LES CONTRACTIONS UTÉRINES PRÉCOCES - 07.07.2007

    Auteur : Laurence Meert Directeurs : Franz BUSET D.O. et Genevière NAOME
    LIRE LA SUITE

    Objectifs : Mesurer l’impact d’une technique ostéopathique sur les contractions utérines  précoces.

    Matériel et méthode : Données collectées par tocodynamométrie et questionnaires journaliers chez 7 parturientes (28-36 semaines) présentant des contractions utérines sans changement significatif du col depuis le dernier examen gynécologique, sans rupture de poche ni traitement tocolytique, avant et après technique.

    Résultats :

             1 – Monitorings :  intensité : valeur hautement significative

                                        fréquence et surface : valeur significative

                                        durée : valeur non significative

             2 – Questionnaires : résultats non significatifs

    Discussion : Les résultats que nous avons obtenus aux monitorings sont comparables à ceux trouvés dans certaines études de médicaments. Les résultats non significatifs obtenus aux questionnaires devraient être mis en parallèle avec les activités des futures mamans, ces activités ont en effet augmenté dans la semaine qui suit le traitement.

    Conclusion : Notre technique a sa place dans le panel de thérapies à envisager lors de la prise en charge desfemmes enceintes.

  • EVALUATION DE L'APPORT DE TRAITEMENTS OSTÉOPATHIQUES DANS LA PRISE EN CHARGE DE NOURRISSONS DE 1 SEMAINE À 6 MOIS SOUFFRANT DE REFLUX GASTRO-œSOPHAGIEN PATHOLOGIQUE - 07.07.2007

    Auteurs : Samir DEKKICHE et Ali KHAYI Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Michel PLETINCW D.O.
    LIRE LA SUITE

     L'objectif de notre étude est de mesurer l'impact d'un traitement ostéopathique sur des bébés âgés de 1 semaine à 6 mois, souffrant de reflux gastro-oesophagien pathologique et soignés par médication ( Motilium, Zantac, Gaviscon). Nous voulons également savoir si, en fin de cycle de formation en ostéopathie, un étudiant est efficace dans le traitement des bébés.

    Méthodologie :

    Nous avons comparé trois groupes de bébés :

    Le premier groupe est traité par médication et par un ostéopathe diplômé (dénommé « sénior »).

    Le second groupe est traité par médication et par un étudiant en ostéopathie (dénommé « junior »).

    Le troisième groupe est traité par médication et par un placebo qui consiste en un massage et une mobilisation générale du corps.

    L'évaluation est faite par un questionnaire rempli par les parents.

    Résultats :

    Les améliorations cliniques obtenues sont meilleures dans le groupe senior par rapport aux groupes junior et placebo.

    Après l'analyse des résultats, nous pouvons conclure que, en complément du traitement médical, le traitement ostéopathique, pratiqué par un thérapeute expérimenté, a un effet bénéfique pour les bébés souffrant de reflux gastro-oesophagien pathologique.

  • EVALUATION DE L'APPORT DU TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DE NOURRISSONS DE 15 JOURS À 3 MOIS SOUFFRANT DE TORTICOLIS CONGÉNITAL - 01.07.2006

    Auteur : Véronique FREROTTE Directeurs : Franz BUSET D.O. et Dr Michel FREROTTE
    LIRE LA SUITE

    Objectif :

    Evaluer l'apport de l'ostéopathie dans le traitement des déficits de rotation de nuque de nourrissons âgés de 15 jours à 3 mois souffrant de torticolis congénital.

    Méthode :

    Parmi les nourrissons souffrant de TC, envoyés par leurs pédiatres, nous avers sélectionné 12 BB âgés de 15 jours à 3 mois présentant un déficit de rotation os nuque. Les 12 petits patients ont bénéficié de 4 séances de traitement ostéopathique à raison d'une séance par semaine.

    Les mesures sont prises - et le questionnaire rempli - avant le premier traitement et une semaine après le dernier traitement. L'évaluation repose sur : 

    1.  les mesures de rotations maximales actives bilatérales de la nuque ;
    2.  un questionnaire, rédigé par nos soins, complété par les mamans.

    Les angles de rotation de nuque sont mesurés au moyen du logiciel « IMAGE TOOL » de la Texas University Health Science Center San Antonio.

    Nous utilisons ensuite le test de Wilcoxon pour évaluer les gains en amplitude de rotation de nuque.

    Pour le questionnaire, nous utilisons le test du Signe qui permet la traduction de résultats qualitatifs en résultats quantitatifs.

    Ces 2 tests détermineront si l'amélioration obtenue par le traitement ostéopathique est significative.

    Résultats :

    Mesure des angles de rotation de nuque : d'après le test de Wilcoxon. Les gains d'amplitude de rotation de nuque obtenus après traitement ostéopathique ne sont pas significatifs.

    1.  Questionnaire : le test des Signes appliqué,

    -      à chaque enfant, confirme, dans 8 cas sur 12, une amélioration significative à 95 % des amplitudes de rotation de nuque ;

    -       à l'ensemble des cas, confirme une amélioration significative à 95 % des amplitudes de rotation de nuque.

    Conclusions :

    Le traitement ostéopathique apporte un gain de mobilité de nuque au BB souffrant de TC.

  • APPROCHE OSTÉOPATHIQUE DE LA NÉVRALGIE PUDENDALE - 01.07.2006

    Auteur : Fabrice LEFEVRE et Gaëtane HALBARDIER Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Marc SOREL
    LIRE LA SUITE

    La névralgie du nerf pudendal (anciennement nerf honteux) résulte d’un conflit entre ce nerf et des tissus ligamentaires et musculaires entre lesquels il s’insinue pour donner l’innervation du périnée.

    C’est une pathologie très invalidante tant sur le plan physique, psychique et social. Elle provoque des douleurs chroniques de type névralgique dans le territoire d’innervation.

    L’objectif de ce travail est d’une part, une mise au point des données actuelles sur le plan anatomo-pathologique de ce syndrome douloureux, ainsi que la compréhension des différentes composantes de la douleur, afin de permettre une prise en charge et une évaluation adéquate.

    D’autre part, il s’agit de mesurer l’efficacité de notre approche ostéopathique sur l’évolution de la douleur, du retentissement émotionnel et des troubles fonctionnels chez 14 patients ayant une névralgie pudendale.

     

  • « EVALUATION DE L’APPORT DE TRAITEMENTS OSTÉOPATHIQUES DANS LA PRISE EN CHARGE DE PATIENTS SOUFFRANT DE REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN » - 01.07.2006

    Auteurs : Anne-Sophie BEYLS et Vincent BOUQUIAUX
    LIRE LA SUITE

    Objectif :

    Le but de ce travail est d’évaluer le retentissement du traitement ostéopathique chez des patients atteints de Reflux Gastro-Oesophagien

    Matériel et Méthodes :

    14 patients atteints de RGO, diagnostiqué par leur médecin traitant sur base de symptômes cliniques ou par un gastro-entérologue après examen fibroscopique, bénéficient d’un suivi ostéopathique de 2 à 3 mois. Les 14 patients sont divisés en 3 groupes :

                Groupe 1 : sans traitement médical (5patients)

                Groupe 2 : avec traitement médical tel que Pepsane ou Gaviscon (5patients) mais sans inhibiteur de la pompe à protons (IPP) (5patients)

                Groupe 3 : un groupe avec IPP (4 patients)

    Chaque patient a reçu un rouleau de papier pH et un carnet.

    Il leur a été demandé de réaliser 3 fois par jour (avant le petit-déjeuner, avant le déjeuner et après le dîner) une évaluation de leur pH salivaire ( et ce par simple application du papier pH au niveau de l’arrière gorge) et de noter les valeurs obtenues dans leur carnet. Pour évaluer l’importance de leur RGO sur leur qualité de vie, chaque patient remplit au préalable un « questionnaire de confort de vie » (à l’occasion de leur premier rendez-vous) puis un intermédiaire (au milieu de la période de traitement) et un dernier au moment de leur dernier rendez-vous.

    Résultats :

    Pour les 3 groupes, une amélioration statistiquement significative de la qualité du confort de vie avec une amélioration des symptômes de RGO et même une absence totale de RGO chez les sujets ayant reçu le traitement par IPP. Pour le groupe ayant reçu le traitement médical sans IPP, il est observé une différence significative à partir de la 8ème semaine de traitement montrant une évolution du ph salivaire dont la moyenne située en dessous de 8 devient alors égal à 8. De plus, la majorité des patients de ce groupe ont stoppé leur traitement médical dans le premier mois. En ce qui concerne le groupe sous IPP, la moitié a stoppé le traitement d’IPP.

    Conclusion :

    Un traitement ostéopathique étalé sur une période de 2 à 3 mois permet d’améliorer la qualité de vie mais aussi de diminuer ou arrêter le traitement médical (anti-acide ou IPP) et dans certains cas de retrouver indirectement un taux de pH salivaire physiologique pour des patients atteints de RGO

  • INCIDENCE D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR LES FACTEURS DE VISCOÉLASTICITÉ DU COUDE - 01.07.2006

    Auteurs : David MEYNARDIE et Frédéric BAEYENS-BUSQUIN
    LIRE LA SUITE

    Les analyses et enregistrements video de l’amortissement des oscillations du coude permettent de determiner l’amortissement er le coefficient de vvisco-élasticité du member supérieur.

    Cette méthode nous a permis de mettre en évidence les variations de ce coefficient après un traitement ostéopathique.

    La population de cette étude est composée de 19 sujets sains. La méthode expérimentale consiste en la réalisation de 3 mesures, la première avant traitement ostéopathique, la seconde après un repos de 30sec et la troisième après le traitement ostéopathique.

    Les analyses statistiques de nos résultats montrent une augmentation significative de l’amorttissement et du coefficient de viscoélasticité.

    Plusieurs hypothèses sont envisageables pour expliquer ces résultats, d’autres études seront nécessaires pour les vérifier.

  • TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE GÉNÉRAL : EVALUATION DE LA SOUPLESSE GLOBALE DU RACHIS ET DES HANCHES CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE - 01.07.2006

    Auteur : John DEPROOTE Directeurs : Baudouin CHATELLE D.O. et J DERRIDER
    LIRE LA SUITE

    Objectifs : Analyser l’impact du Traitement Général Ostéopathique (G.O.T) sur la souplesse globale du rachis et des hanches chez la personne âgée.

    Méthode : 14 patients âgés de plus de 65 ans et ne souffrant d’aucune pathologie bien précise. L’étude est réalisée sur une période de 3 mois et les traitements sont effectués toutes les 3 semaines. Les mesures par clichés photographiques sont effectuées pour chaque mouvement, avant et après chaque traitement.

    Résultats : L’analyse des résultats des mouvements du rachis montre une augmentation très hautement significative de toutes les valeurs mesurées. Les gains moyens les plus importants ont été obtenus pour les mouvements de flexion antérieure (distance doigts-sol) et de flexion latérale (distance doigts-tête du péroné) quand les clichés sont pris de profil. Les mouvements de flexion latérale quand les clichés sont pris de dos (repères D1-D12-L3) ont obtenu les gains moyens les plus faibles. Chaque traitement a apporté sa contribution à l’augmentation du gain moyen sur l’ensemble des séances.

    L’analyse des résultats des mouvements de la hanche montre une augmentation hautement significative de toutes les valeurs mesurées. Les résultats sont similaires pour les 2 hanches. Les gains moyens les plus importants ont été obtenus pour les mouvements de flexion et de rotation externe. Les mouvements d’extension, de rotation interne et d’adduction présentent une augmentation comparable. Le mouvement d’abduction présente le gain moyen le plus faible.

    Conclusion : Nos résultats montrent que le G.O.T. a permis d’améliorer la souplesse des hanches, ainsi que la souplesse globale du rachis, et plus particulièrement dans la région de L3 aux coxo-fémorales dite du « petit triangle de Littlejohn ». Par contre la région dorsale semble moins influencée par le G.O.T. Ce sont les mouvements les plus utiles au quotidien qui obtiennent les gains les plus probants.

     

  • EVALUATION DE L’IMPACT D’UN TRAVAIL À DISTANCE D’UNE ZONE DE MESURE SUR DIFFÉRENTS PARAMÈTRES OBJECTIVANT LES EFFETS DE LA MÉTHODE JONES ET DE LA FIBROLYSE DIACUTANÉE - 01.07.2006

    Auteurs : Raphaël VAES et Thomas LALLEMAND Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Constantino BALESTRA Ph. D.
    LIRE LA SUITE

    L’objectif de cette étude est de mesurer l’impact d’un travail à distance (région fessière et face postérieur de la cuisse) d’une zone de mesure (articulation tibio-tarsienne) en utilisant la technique de Jones et de fibrolyse diacutanée sur différents paramètres :

    -       la tension passive musculaire,

    -       la force développée par les muscles lors des réflexes T,

    -       l’amplitude maximale en flexion dorsale de cheville,

    -      la température cutanée.

    Nos questions de départ étaient :

    le travail à distance d’une zone de mesure a-t-il des effets sur cette dernière ?

    l’augmentation de l’ange de pennation, décrite par Wathelet et Navez, est-elle due à l’augmentation de la vascularisation ?

    Qu’allons-nous observer lors de la comparaison des effets des deux techniques thérapeutiques appliquées à distances?

    Après notre étude, nous pouvons répondre que :

    La fibrolyse diacutanée et la technique de Jones ont des effets lorsqu’elles sont appliquées à distance

    Les résultats obtenus dans notre étude nous poussent à penser que l’augmentation de l’angle de pennation n’est pas due à une augmentation de la vascularisation

    La comparaison entre les techniques nous montre certaines différences.

    L’analyse statistique nous mène à conclure que :

    1 – La fibrolyse diacutanée a un effet sur :

    la force développée par les muscleslors des réflexes T,

    la température cutanée

    2 - Les points Jones ont un effet sur :

    la température cutanée.

  • CONTRIBUTION DU TRAITEMENT OSTEOPATHIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L'INCONTINENCE URINAIRE FÉMININE LIÉE AU STRESS - 01.07.2006

    Auteurs : Myriam Lhoir-De Gheus et Isabel Pessanha de Quevedo
    LIRE LA SUITE

    L’incontinence urinaire liée au stress est un motif de consultation courante.

    Nous avons essayé d’évaluer si le concept ostéopathique pouvait avoir une influence sur ce type de pathologies.

    3 groupes de femmes ont reçu un traitement. Le premier est traité par physiothérapie, le second est traité par physiothérapie et ostéopathie et le dernier est traité uniquement par ostéopathie.

    Nous avons observé les paramètres suivants :

          la tonicité du plancher pelvien à l’aide du speculum tonimétrique de M Caufriez

          deux  questionnaire de qualité de vie validés

          l’analyse de la posture à l’aide de photos

    Nos mesures nous montrent que l’ostéopathie n’a pas d’effet positif sur l’incontinence urinaire liée au stress. Il serait
    intéressant de poursuivre cette étude pour une période plus longue et une population plus importante avec d’autres paramètres.

  • ETUDE DE L’INFLUENCE D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE PAR RAPPORT À UN TRAITEMENT LOCAL SUR LA MOBILITÉ D’OUVERTURE DE LA MANDIBULE - 08.07.2005

    Auteur : Gauthier LEANERTS Directeur : Jacqueline DASSY D.O.
    LIRE LA SUITE

     Objectifs: Evaluer l’importance d’aborder un patient par un traitement global en analysant l’impact d’une telle approche sur l’amplitude en ouverture maximale de la bouche (OMB).

    Matériels et méthodes : L’OMB est mesurée au moyen d’un pied à coulisse sur 60 sujets sains et 36 patients symptomatiques (n’arrivant pas à introduire 3 travers de leurs doigts entre leurs incisives inférieures et supérieures). L’échantillon sain sert de référence, entre autre, pour le calcul de corrélation entre la taille du patient, la largeur des trois travers de doigts et l’OMB, ainsi que pour évaluer l’efficacité d’un traitement ostéopathique global sur des sujets sains.

    Les patients symptomatiques sont répartis en trois groupes de 12 sujets. Chacun des groupes reçoit un traitement différent :

    Groupe I : traitement ostéopathique global;

    Groupe II: traitement local;

    Groupe III : traitement combinant les deux.

    Résultats : Il y a une corrélation entre l’OMB et la largeur des trois travers de doigts, mais pas avec la taille du patient.

    Le traitement ostéopathique global augmente l’OMB de manière extrêmement significative chez tous les sujets, mais est encore plus efficace sur l’échantillon sain.

    Le traitement local augmente également l’OMB mais pas plus que le traitement ostéopathique global.

    La combinaison des deux traitements sur le troisième groupe montre une efficacité sur l’OMB plus grande que les traitements appliqués individuellement.

    Discussion : Nous confirmons le bien fondé de l’utilisation des trois travers de doigts comme référence pour évaluer rapidement si un patient présente une restriction en ouverture de la bouche, signe d’un trouble temporo-mandibulaire (TTM).

    L’efficacité du traitement ostéopathique global pourrait s’expliquer par l’effet relaxant de celui-ci, alors que le traitement local trouverait son efficacité dans le fait qu’on étire directement les structures de la mâchoire.

    Lorsque l’on combine les deux traitements, il se peut que leurs effets s’additionnent ou que le premier potentialise l’effet du deuxième.

    Conclusions : Le traitement ostéopathique global influence l’amplitude articulaire en ouverture de la mâchoire alors qu’on ne traite pas directement la région oro-faciale. De plus, il rend le résultat d’un traitement qui vise à augmenter l’OMB plus efficace que si l’on utilise uniquement destechniques locales

  • EFFETS DE LA FIBROLYSE DIACUTANÉE ET DE LA TECHNIQUE DE JONES SUR CERTAINS PARAMÈTRES ARCHITECTURAUX MUSCULAIRES ET NEUROPHYSIOLOGIQUES - 08.07.2005

    Auteurs : Eric NAVEZ et Damien WATHELET Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Constantino BALESTRA Ph. D.
    LIRE LA SUITE

    Les expérimentations effectuées ont mis en évidence plusieurs effets des techniques de Jones et de fibrolyse diacutanée :

      Un gain moyen de flexion dorsale de la cheville de l'ordre de 2,46° (technique de crochetage) et de 1.879° (technique de Jones). Ce gain d'amplitude est très hautement significatif.

      Une diminution moyenne de l'amplitude du réflexe « T » de l'ordre de 2,91° (pour la fibrolyse) et de 1,93° (pour le Jones). Cette diminution du réflexe « T » est très hautement significative.

      Une augmentation de l'angle de pennation après traitement de fibrolyse ainsi qu'après technique de Jones :

    •  A 0° de flexion dorsale : augmentation moyenne de l'angle de 1,19° pour la fibrolys et de 1,42° pour le Jones.
    •  A 20° de flexion dorsale : augmentation moyenne de l'ordre de 1,71° pour la fibrolyse, 0,92° pour Jones.

      une augmentation de la distance inter-aponévrotique après traitement de fibrolyse ainsi qu'après technique de Jones :

    •  A 0° de flexion dorsale : augmentation moyenne de la DIA de 5,97 pixels pour la fibrolyse et de 3,83 pixels pour Jones.
    •  A 20° de flexion dorsale : augmentation moyenne de l'ordre de 4,95 pixels pour la fibrolyse, 4,24 pixels pour Jones.

    Notre hypothèse de base selon laquelle la fibrolyse agirait plus sur le lien mécanique alors que la technique de Jones aurait une action plus neurologique n'est pas correcte.

    En effet, ces techniques sembleraient avoir une répercussion sur les trois liens :

      Lien mécanique : observée par leurs actions sur la goniométrie.

      Lien neurologique : observée par leurs actions sur la réponse au réflexe « T ».

    Lien fluidique : observée par leurs actions sur l'épaisseur musculaire (augmentation de l'angle de pennation et de la distance inter-aponévrotique).

  • EFFETS DE TRAITEMENTS OSTÉOPATHIQUES SUR LA SYMPTOMATOLOGIE ET LA QUALITÉ DE VIE DE PATIENTS ATTEINTS DU SYNDROME DE L'INTESTIN IRRITABLE (S.I.I.) - 08.07.2005

    Auteurs : SENDE Noémie et SMETS Patrick Directeurs Baudouin CHATELLE D.O. et Jean GEURTS M.D.
    LIRE LA SUITE

    Etude en simple aveugle, visant à évaluer l'efficacité d'une prise en charge ostéopathique de patients atteints du syndrome de l'intestin irritable. Un groupe de 14 sujets traités par ostéopathie a été comparé à un groupe de 8 sujets recevant un placebo.

    La comparaison s'est faite au moyen de questionnaires évaluant la symptomatologie et au moyen de questionnaires évaluant l'impacte de la pathologie sur la qualité de vie.

    La répartition des sujets s'est faite de manière aléatoire.

    L'étude comprenait 5 séances espacées d'une semaine chaque fois et d'une reprise de contact deux mois après le dernier traitement, afin d'évaluer les impactes de la prise en charge dans le temps.

    L'évaluation de l'évolution des symptômes au sein du groupe traité par ostéopathie est très encourageante contrairement à l'évaluation de l'évolution au sein du groupe recevant un placebo. Cependant ce n'est que dans le temps que se distingue une réelle différence entre les deux groupes.

    Les douleurs, les flatulences, l'impact négatif de la pathologie sur l'énergie ressentie par les sujets ainsi que l'influence globale de la pathologie sur la qualité de la vie, sont les paramètres qui diminuent le plus.

    Compte tenu de l'aspect multi-factoriel de cette pathologie, compte tenu de la non guérison totale des sujets, l'orientation de la prise en charge devrait être envisagée sous différents aspects et unir différents savoir faire

  • EFFET DES TECHNIQUES DITES « CV4 PROFOND, CV4 OCCIPITAL », LIGAMENTAIRES STERNO-PÉRICARDIQUES ET VERTÉBRALES PAR « THRUST » SUR LE SYSTÈME NERVEUX SYMPATHIQUE - 08.07.2005

    Auteurs : Benoit PAY et Pierre NIEDSTADT Directeurs : Jean BURNOTTE D.O., Franz BUSET D.O., Docteur B. NAJEM et Docteur Ph. VAN DE BORNE
    LIRE LA SUITE

    Lors de cette recherche, nous avons voulu vérifier l’impact que pouvaient avoir certaines techniques ostéopathiques sur le système nerveux sympathique de 11 sujets sains.

    Pour ce faire, nous avons chois les techniques dites « CV4 profond, CV4 occipitale, ligamentaires sterno-péricardiques » et les manipulations cervicales par « thrust ».

    Afin de quantifier cet impact, nous avons eu recours à plusieurs méthodes d’enregistrement telles que : la microneurographie et l’électrocardiogramme.

    Ces données ont été enregistrées par MacLab 8-s acquisition système et ce, pour en permettre leur analyse ultérieure.

    Les techniques dites « CV4 occipitale et CV4 profond » tendraient à montrer une modification significative du système nerveux autonome au moment de leur «still point ». Nous remarquons un antagonisme significatif des deux « still points ». L’un allant dans le sens orthosympathique (« still point »occipital) et l’autre dans le sens parasympathique (« still point » profond). L’hypothèse selon laquelle, la technique dite « CV4 occipitale » serait activatrice de l’orthosympathique par rapport à la technique dite « CV4 profond » en zone parasympathique semble être une piste importante pour de futures études. Notons aussi que seuls les « still points » sont significatifs et que l’analyse de la manœuvre dite « CV4 profond » non significative tend à montrer une diminution de l’orthosympathique alors que la manœuvre dite « CV4 occipitale » ne change rien. Les deux techniques restent dans les limites de la physiologie.

    Notre approche de l’analyse des manipulations vertébrales telles que nous l’avons conçue, ne nous a pas permis d’avoir des résultats probants, mais peut être aider à la conception de nouvelles études.

    Aux vues de nos résultats, nous nous rallions aux quelques hypothèses qui mettent en avant la distribution plutôt segmentaire de l’effet d’une manipulation sur le système nerveux autonome.

    En ce qui concerne les techniques dites « Recoil sterno-péricardique et de manipulation dorsale », il serait nécessaire de trouver des modes d’analyse moins sensibles que la microneurographie.

    Enfin, nous pensons qu’il serait préférable d’utiliser un échantillon plus large afin d’y récolter des données utilisables pour chaque technique.

    Pour terminer, les mécanismes physiologiques incriminés dans les variations des résultats des techniques crâniennes sont à ce jour incompris.

    Sans en connaître les mécanismes, plusieurs chercheurs se penchent sur l’éventuelle action que nous avons lors des manœuvres crâniennes sur la régulation vasomotrice des artérioles par le biais du système nerveux sympathique. En vertu de la pauvreté des rapports de palpation des rythmes crâniens, ces hypothèses doivent être traitées avec la plus grande précaution. Néanmoins, ces suppositions restent médiatrices de futures recherches.

  • ETUDE DE L’IMPACT D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE PAR TECHNIQUES FONCTIONNELLES SUR LA PERFORMANCE MUSCULAIRE DES MEMBRES INFÉRIEURS DU FOOTBALLEUR SAIN DE HAUT NIVEAU OBJECTIVÉ AU TAPIS DE BOSCO - 08.07.2005

    Auteurs : Cyprien MACQUETet David RESTOUT
    LIRE LA SUITE

    Nous avons utilisé un ergojump pour réaliser cette étude. A partir de sauts avec ou sans élan, le degré d’élasticité du muscle peut être déduit. Celui-ci nous aide à déterminer un hypothétique changement après traitement ostéopathique utilisant des techniques fonctionnelles.

    11 sujets sains ont participé à cette étude, footballeurs de haut niveau.

    L’effet du traitement ostéopathique chez ces sujets sur le degré d’élasticité du muscle est comparé à ce même degré au repos et à l’effort.

    L’analyse statistique montre une amélioration significative du degré d’élasticité du muscle.

    Cette première étude pourrait être prolongé en mesurant d’autres paramètres mais aussi chez des sujets non-sains.

  • ETUDE DE L’INFLUENCE DES TECHNIQUES DITES « CV4 » SUR LE SYSTÈME NEURO-VÉGÉTATIF, AVEC L’AIDE DES PARAMÈTRES HV4 ET DE LA VARIATION DU DIAMÈTRE PUPILLAIRE COUPLÉS À UNE ÉVALUATION DU NIVEAU DE STRESS - 08.07.2005

    Auteurs : Jean PAPRITZ et Philippe BABOUHOT Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Constantino BALESTRA M.D.
    LIRE LA SUITE
  • TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE GÉNÉRAL : ÉVALUATION DE LA CAPACITÉ PHYSIQUE GLOBALE DES PERSONNES ÂGÉES - 08.07.2005

    Auteurs : Amandine HUYSMANS et Pierre-Emmanuel HERTOGHS
    LIRE LA SUITE
  • CONCEPTION HOLISTIQUE, DIAGNOSTIQUE OSTÉOPATHIQUE ET GRAVITÉ - 03.07.2004

    Auteur : Emmanuel Lebrun Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Constantino BALESTRA Ph.D. et Bourgeois Ph.D.
    LIRE LA SUITE

    En résumé :

    • une réduction des surfaces d’appui AVANT, ARRIERE et TOTALE (9 données de surface)
    • une diminution de charge AVANT  pour le pied gauche et une augmentation pour le pied droit de la charge ARRIERE (3 données de charge)
    • une diminution des
      ratios AVANT/ARRIERE pour le pied droit et une augmentation des
      ratios ARRIERE/AVANT toujours pour le pied droit (9 données de ratio)

    La significative diminution des surfaces d’appui notamment sur le pied droit étaye notre hypothèse d'action neurologique sur les synergies posturales.

    En répartissant la surface d’appui, en diminuant la charge AVANT du pied gauche et en augmentant la charge ARRIERE du pied droit, en diminuant les ratios AVANT/ARRIERE du pied droit et en augmentant les ratios ARRIERE/AVANT pour le même pied, nous observons les changement de tactique posturale.

    En effet la pression sur la plante des pieds déclenche l’augmentation du tonus des extenseurs, (cf. rôle majeur du « réflexe tonique postyral »)

    En rappelant les concepts de pied d appui/pied propulseur et ceux des torsions corporelles, nous illustrons ces variations par une rééquilibration neuromusculaire du tonus postural  ctivée abondamment sur l'appui à tendance dynamique.

    Une réharmonisation de l'asymétrie fonctionnelle du schéma biodynamique d'adaptation, une sorte de détorsion musculaire fonctionnelle libérant, dans le cas de notre exemple d'un droitier fonctionnel (torsion gauche), la torsion spiroïdale musculaire que nous imageons par la forme en hélice d'un double brin d'ADN.

    L'intervention thérapeutique irait donc dans le sens de la détorsion homéostatique du corps en rééquilibrant ses constantes posturales, réharmonisation instantanément son tonus réactionnel antigravitaire.

  • EVALUATION DE L’EFFET D’UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE SUR LA FONCTION RESPIRATOIRE ET LA QUALITÉ DE VIE DE PATIENTS ATTEINTS DE BRONCHO-PNEUMOPATHIES CHRONIQUES OBSTRUCTIVES - 03.07.2004

    Auteurs : BUYSE Catherine et MAISSE John Directeurs : CHATELLE Baudouin D.O. et VAN DER BREMPT Xavier, M.D.
    LIRE LA SUITE

     Objectif:

    L'analyse des effets d'un traitement ostéopathique non standardisé sur la fonction respiratoire et la qualité de vie de patients souffrant de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) n'a été que peu étudiée. L'objectif de cette étude est d'examiner dans quelle mesure un traitement ostéopathique non standardisé peut améliorer ces paramètres.

    Matériel et méthodes :

     12 patients atteints de BPCO et diagnostiqués par des pneumologues selon les critères établis ont bénéficié de huit traitements ostéopathiques à raison d'un traitement par semaine. La fonction respiratoire a été évaluée avant et après chaque séance de traitement par spirométrie et une pléthysmographie a été réalisée avant et après les huit semaines de traitement. La qualité de vie a été mesurée par le questionnaire respiratoire du St George's Hospital (SGRG) et la dyspnée par une échelle visuelle analogique. Nous avons également mesuré l'ampliation thoracique avant et après chaque traitement.

    Résultats :

    Les résultats montrent une amélioration statistiquement hautement significative de la qualité de vie après huit semaines de traitement ostéopathique. Nous observons également une amélioration significative de l’ampliation thoracique mesurée au niveau de l'appendice xiphoïde. Nous n'observons aucun résultat statistiquement significatif pour le spiromètre, la pléthysmographie, l'ampliation thoracique mesurée au niveau des creux axillaires et de la dyspnée. Notons cependant une tendance à la diminution des résistances au niveau des voies aériennes et du rapport VR/CPT mesurés par pléthysmographie.

    Conclusion :
    Un traitement ostéopathique non standardisé étalé sur une période de deux mois permet d'améliorer la qualité de vie et l'ampliation thoracique mesurée au niveau de l'appendice xiphoïde de patients souffrant de BPCO.

  • ETUDE DE L’INFLUENCE DE LA TECHNIQUE DITE “CV4 PROFOND” SUR LES PARAMÈTRES DE L’HRV" - 03.07.2004

    Auteurs : Walter HEMELRYCK et Alexis MAROULIS Directeurs : Jean BURNOTTE D.O. et Constantino BALESTRA Ph.D.
    LIRE LA SUITE

    En conclusion, le but de cette étude était d’objectiver l’influence de la technique crânienne dite du « CV4 profond » sur les variations des paramètres physiologiques de l’HRV (Heart Rate Variability) et de faire la balance entre le système nerveux orthosympathique (LF) et parasympathique (HF), et ainsi pouvoir répondre à notre question de départ, à savoir : la manœuvre dite « CV4 profond » agit-elle plus sur le système orthosympathique ou le système parasympathique ?

    -       HF (High Frequency) est la composante des hautes fréquences (0.15-0.40 Hz)Hz), elle est dérivée de l’activité vagale.
    -       LF (Low Frequency) est la composante pour les basses fréquences (0.04-0.15 Hz). Cette fréquence est générée  surtout par l’activité du sympathique.

    -       LF/HF, indicateur de l’équilibre sympathique sur le vague, soit le système orthosympathique sur le parasympathique.

    Un aperçu de la littérature dans ce domaine nous a permis de constater qu’il y avait des contradictions au niveau des résultats obtenus par la technique dite « CV4».

    Les diverses études présentent des résultats significatifs sur chacun des deux systèmes ou parfois sur aucun d’entre eux.

    Il était indispensable avant d’évaluer l’action sur le système orthosympathique et parasympathique de déterminer la variation du rythme cardiaque, grâce à l’étude de la variabilité du HRV sur l’électrocardiogramme.

    La mesure de la FFT (Transformée du Fourier), équation mathématique, complète notre tableau et nous permet de donner une mesure supplémentaire de la balance orthosympathique sur le parasympathique.

    Les résultats montrent pour les variations des composantes LF et HF lors de la manœuvre totale, que nous obtenons à partir de 120%¨jusque 140% un résultat très significatif par rapport au moment de repos.

    La composante LF domine la composante HF dans tous les graphiques. L’analyse du ratio LF/HF reste stable jusqu’à la manœuvre dite du « CV4 » et ensuite elle chute significativement à partir du Still Point jusqu’à la fin de la manœuvre (200%).

    Les résultats de l’étude de la composante HRV, pendant la manœuvre dite « CV4 profond », nous donnent aussi un résultat significatif lors du Still Point à 50% de la manœuvre et confirment les effets de celle-ci. En tout état de cause, ce travail a permis d’objectiver mathématiquement la sensation du Still Point ressentie par le praticien dans le cadre de sa manipulation.

    L’application de la manœuvre dite « CV4 profond » influence notre système nerveux autonome. Cette influence est à tendance plutôt parasympathique, bien que les deux systèmes soient indissociables l’un de l’autre, car ils fonctionnent en synergie et pas toujours en opposition.

  • EVALUATION DE L’APPORT DU TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE DANS LA PRISE EN CHARGE DU PRÉMATURÉ - 03.07.2004

    Auteurs : BIVORT Guirec et PETITJEAN Jérôme Directeurs : Mr Jean BURNOTTE D.O., Mr Michel HELIN D.O. et Dr Didier LE POLAIN, M.D
    LIRE LA SUITE

    Objectif

    Evaluer si les traitements ostéopathiques apportent aux prématurés de plus de 29 semaines et de moins de 37 semaines une aide supplémentaire à ce qui est proposé en médecine allopathique et dans le cadre du NIDCAP.

    Méthode

    Ont été sélectionnés des prématurés de plus de 29 semaines et de moins de 37 semaines hors période aiguë et sans contre-indications malformatives ou autres.

    La population est répartie en 3 groupes. Le premier groupe comprenant 3 prématurés bénéficie du traitement ostéopathique. Le deuxième groupe composé de 3 prématurés bénéficie du traitement kinésithérapique  elon la méthode de drainage lymphatique « Vodder ». Le troisième groupe composé de 4 prématurés bénéficie de la prise en charge médicale classique en néonatalogie sans autre traitement supplémentaire.

    L'étude se déroule sur trois mois et prend en considération comme critères d'évaluation :

    *        Le comportement néonatal selon l'échelle de Brazelton à l'entrée du prématuré dans l'étude, à la sortie du service de néonatalogie, après 48 semaines d'âge gestationnel.

    *        L'évolution des paramètres physiologiques suivants : poids, taille et périmètre crânien.

    Résultats

    De l'analyse des critères d'évaluation du comportement néonatal de Brazelton, il a été observé que l'apport de techniques manuelles ostéopathiques ou Vodder semblent favoriser la « stabilité du système nerveux autonome » et « l'habituation » chez les prématurés de 29 à 37 semaines. Les traitements ostéopathiques ont tendance à favoriser d'avantage l'« organisation des états d'éveil » des prématurés.

    De l'analyse des paramètres physiologiques, nous observons que les traitements de kinésithérapie Vodder apportent un gain dans l'évolution du poids et du périmètre crânien. L'évolution de la taille n'est influencée par aucun des traitements.

    Conclusion

    Ainsi, il ressort de notre étude que, dans le cadre de la prise en charge de prématurés de plus de 29 semaines et de moins de 37 semaines, les traitements ostéopathiques ne vont pas contre les effets médicaux et n'ont pas d'effet délétère. Ils sont synergiques au traitement médical et constituent un adjuvent complémentaire au traitement médical.

    En référence à notre objectif, nous pouvons retenir que les traitements ostéopathiques semblent apporter aux prématurés de plus de 29 semaines et de moins de 37 semaines une aide supplémentaire à ce qui est proposé en médecine allopathique et dans le cadre  du NIDCAP. Afin de pouvoir confirmer statistiquement cette tendance, une population plus importante sera nécessaire pour une étude ultérieure.

  • LE TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE GÉNÉRAL CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE : ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DU MAINTIEN DE LA POSTURE ET DE LA MARCHE - 03.07.2004

    auteur : Wendy HUSTACHE Directeurs : Mr Baudouin CHATELLE D.O. et Dr J. Gerin
    LIRE LA SUITE

    Cette étude consiste à évaluer les paramètres du maintien de la posture et de la marche chez la personne âgée
    après des traitements ostéopathique généraux. Le G.O.T. est un traitement et une suite de tests qui intéressent la totalité du corps humain. Il s’agit d’une séquence de techniques articulaires. Des tests relatifs aux capacités fonctionnelles et le podomètre électronique sont utilisés pour objectiver les effets du traitement. La durée de l’étude est de trois mois. Les données sont prises et analysées à trois moments différents. Les meilleurs résultats ont été observés dans les mesures des capacités fonctionnelles de la marche et du maintien de la posture. En effet, la personne âgée se réadapte plus vite par rapport aux oscillations subies. Et elle se déplace plus vite et avec plus de facilité. 

    Le G.O.T. a donc apporté des modifications voir des bénéfices pour la personne âgée au niveau du maintien de la posture et de la marche.

     

  • TENTATIVE D'OBJECTIVATION, PAR DES MESURES CUTANÉES ET NEUROLOGIQUES, DES DERMALGIES RÉFLEXES DE JARRICOT DANS LE CADRE D'UN TRAITEMENT OSTÉOPATHIQUE - 03.07.2004

    Auteur : Michaël BAREL Directeur ostéopathique : Baudouin CHATELLE D.O. et Prof. A.O. BAREL
    LIRE LA SUITE

    II s'agit d'une étude comparative concernant 17 patients présentant des dermalgies réflexes de Jarricot diagnostiquées lors d'un traitement ostéopathique.

    Nous avons tenté d'évaluer et d'objectiver de façon scientifique ces dermalgies réflexes, à l'aide de mesures dermatologiques et neurologiques. Cette évaluation est obtenue en comparant la zone cutanée dermalgique à deux zones neutres cutanées  on douloureuses situées symétriquement et homo-latéralement à la dermalgie. Afin d'analyser l'évolution de la dermalgie, les mesures sont prises à trois moments : lors du diagnostic et après successivement deux traitements.

    Les mesures dermatologiques prises sont la température de la peau, la micro-circulation cutanée et l'analyse des qualités viscoélastiques de la peau. Les mesures neurologiques sont l'analyse de la sensibilité au froid, de la sensibilité aux picotements, de la délimitation du seuil de douleur par la chaleur et l'observation de la réaction érythémateuse cutanée suite à un stimulus nociceptif.

    Aucune différence n'a été observée entre la dermalgie et les zones neutres pour les mesures dermatologiques lors des trois prises de mesures. Les mesures neurologiques n'ont pas permis de déceler de différence entre la dermalgie et les zones neutres, excepté pour la sensibilité aux picotements et pour la réaction érythémateuse cutanée. La sensibilité aux picotements est plus importante pour la zone dermalgique par rapport   la zone neutre symétrique lors du diagnostic. On constate également que la dermalgie réflexe présente une plus grande surface érythémateuse cutanée par rapport aux zones neutres lors du stimulus nociceptif, et ce lors des trois prises de mesure.

    Il semblerait que les deux traitements ostéopathiques n'aient eu que peu d'effet sur la persistance et l'état de la dermalgie réflexe au niveau cutané.

  • CALCUL, PAR MODÉLISATION NUMÉRIQUE, DES DÉFORMATIONS OSSEUSES POTENTIELLES, CONSÉCUTIVES AUX VARIATIONS DE PRESSION INDUITES PAR LA PRODUCTION DE LIQUIDE CÉPHALO-RACHIDIEN CHEZ L’HOMME - 03.07.2004

    Auteur : Carlo DI VAIRA Directeurs : Bernard DECONINCK et Constantino BALESTRA Ph.D.
    LIRE LA SUITE

    La notion de mobilité des os crâniens, qui suscite un grand intérêt, crée des controverses dans le monde médical et ostéopathique.

    Cette « mobilité », qui serait induite par les variations de pression du liquide céphalo-rachidien, étaye la théorie ostéopathique contestée du mouvement respiratoire primaire.

    Ces polémiques nous ont amené à rechercher une corrélation possible entre la variation de pression du fluide (liquide céphalo-rachidien) et la déformation de la structure (crâne).

    La modélisation mathématique nous a semblé la technicité moderne la plus adaptée pour appréhender ce phénomène complexe. Elle représente un outil fiable et précis de plus en plus apprécié en médecine. Les résultats théoriques que nous avons obtenus, nous incitent à parler de déformation et non de mobilité ou de déplacement crânien. Bien que les lois de la dynamique des fluides ne soient pas respectées, l’interaction fluide/structure a été démontrée. Cette dernière nous suggère de considérer la déformation comme l’expression de la variation du diamètre crânien, consécutive à la variation de pression induite par la production de liquide céphalo-rachidien. Cette interprétation coïncide avec les descriptions des perceptions manuelles des ostéopathes lorsqu’ils parlent de la « respiration crânienne » (inspiration = augmentation du diamètre).

    L’expérimentation, qui a complété cette approche théorique, a mis en évidence la possibilité pour la main humaine de percevoir ce phénomène de « respiration ». Bien que présentant quelques inconnues et imperfections, le montage utilisé pour l’expérimentation a permis d’enregistrer des seuils de perception variant de 0,6 à 3,3 Bar (ce qui correspond à 2,5 à 12 microns). Une corrélation, variation de pression/variation du rayon, a été possible et vérifiée manuellement. Ces résultats sont reproductibles et soulignent l’importance de l’apprentissage et de l’expérience dans l’évolution de la performance perceptive.

  • TENTATIVE D'OBJECTIVATION DE LA RELATION ENTRE VARIATIONS DE PRESSIONS THORACO-ABDOMINALES ET CHANGEMENTS DE POSITIONS STANDARDISÉS - 05.07.2003

    Auteurs : FONTEYNE Marc et HECK Olivier Directeurs : Baudouin CHATELLE D.O. et Constantino BALESTRA
    LIRE LA SUITE

    Etude de la relation de pressions thoraco-abdominales et changements de position standardisés. Cette étude est réalisée sur sept sujets sains. Les mesures sont réalisées par manométrie œsophagienne et rectale avec des sondes à ballonnets, nous réalisons également des mesures de Sniff test. Les sujets sont installés dans des positions standardisées. Les mesures ont été effectuées dans chaque position à trois volumes respiratoires différents. L'étude statistique s'est portée sur les moyennes.

    Les résultats ont montré des pressions moyennes, des pressions trans-diaphragmatiques ainsi que des valeurs de Sniff-test plus importants en chute antérieure qu'en chute postérieure.



     

    Etude de la relation de pressions thoraco-abdominales et changements de position standardisés. Cette étude est réalisée sur sept sujets sains. Les mesures sont réalisées par manométrie œsophagienne et rectale avec des sondes à ballonnets, nous réalisons également des mesures de Sniff test. Les sujets sont installés dans des positions standardisées. Les mesures ont été effectuées dans chaque position à trois volumes respiratoires différents. L'étude statistique s'est portée sur les moyennes.

    Les résultats ont montré des pressions moyennes, des pressions trans-diaphragmatiques ainsi que des valeurs de Sniff-test plus importants en chute antérieure qu'en chute postérieure.



     

  • RECHERCHE DES RELATIONS ENTRE LA FORCE DES MUSCLES EXTENSEURS ET FLÉCHISSEURS DU RACHIS ET LA STATIQUE DANS LE PLAN SAGITTAL - 06.07.2002

    Auteur : Yannick VAN DE ROY Directeur : Baudouin CHATELLE D.O. et Thyl SNOECK
    LIRE LA SUITE

    La méthode appliquée dans ce travail consiste en plusieurs mesures isocinétiques des muscles du rachis sur trois groupes de sujets classés d'après le concept de chaînes musculaires de Mme G.D. Struyf selon leur tactique posturale (A.M., P.A.A.P. et P.M.).
    En effet, lorsque les praticiens sont confrontés à des patients appartenant à l'un ou l'autre groupe, selon leur formation, certains étirent la chaîne rétractée, d'autres la renforcent.

    Ce qui nous a amené à nous demander s'il était possible de mettre en relation un déficit ou un excès de force de la musculature du tronc avec un choix postural net.

    Il nous semblait donc intéressant de quantifier ces données puisque aucune étude de la sorte n'a été effectuée, même par les créateurs de méthodes de chaînes musculaires.

    L'expérimentation suggère que :

    • La population de notre étude se comporte de façon identique à la norme tout au long des différentes mesures ; nous pouvons donc la considérer comme normale.
    • Aucune différence significative de force en flexion et en extension n'a pu être mise en évidence entre les trois groupes, même si les valeurs en flexion des sujets A.M. étaient systématiquement les plus faibles. Nous n'avons donc pas trouvé de relation entre la statique dans le plan antéro- postérieur et la force musculaire.
    • La grande déviation standard de toutes les mesures nous indique que les groupes sont constitués de personnes fortes différentes malgré leurs ressemblances posturales. L'intervention secondaire d'une autre chaîne peut nous donner des sujets moins purs, comme par exemple, la chaîne postéro-latérale (P.L.) qui influence fort la statique antéro-postérieure en provoquant une pulsion antérieure du bassin aussi bien chez des sujets sthéniques que chez des adynamiques.
    • Notre étude ne semble pas mettre en évidence une relation entre le choix postural et la prédisposition tonique des muscles du tronc.

    Il serait intéressant par la suite d’effectuer les mêmes tests sur une population plus importante afin d’observer l’évolution de la déviation standard.

    • Une seule différence significative a été révélée par l’étude, il s’agit du rapport de puissance fléchisseurs-extenseurs à 60 degrés par seconde entre le groupe P.A.A.P. et le groupe A.M..

    Ce rapport est plus faible chez les A.M. ce qui nous montre quand même une faiblesse de leurs muscles fléchisseurs par rapport à leurs extenseurs ; ceci en comparaison avec les sujets P.A.A.P.

    • Une autre piste qui nous semblerait intéressante au vu de notre travail, serait l’investigation de la relation éventuelle entre la posture et les facteurs de pression interne, c'est-à-dire le piston abdomino-thoracique. Ce dernier serait-il plus efficace chez les sujets P.M. que les A.M., autorisant un appui hydro-pneumatique avec le minimum de contraintes dans la sphère viscérale ?
  • ETUDE DE L’INFLUENCE DE LA MOBILISATION STRUCTURELLE DIRECTE DU REIN SUR L’AMPLITUDE DES ROTATIONS DE LA HANCHE HOMOLATÉRALE - 06.07.2002

    Auteurs : David RODADO et Gilles BURNIAT Directeur : Franz BUSET D.O et Paul KLEIN D.O.
    LIRE LA SUITE

    Par ce mémoire nous voulons vérifier si la mobilisation d'un viscère, en l'occurrence le rein, peut avoir une influence sur la fonction d'une articulation; dans notre étude, il s'agit de la hanche homolatérale.

    Afin de mesurer les amplitudes de rotations de hanches, nous avons imaginé et ensuite élaboré un matériel de mesures. Après notre étude préliminaire, nous pouvons affirmer que cet appareil est fiable.

    La reproductibilité de notre méthode de mesure nous permet de tester la modification des amplitudes de rotations de hanches après différents types d'intervention sur les sujets.

    L'analyse statistique démontre qu'il existe une augmentation significative de l'amplitude des rotations, externe et interne, de la hanche testée après manipulation du rein homolatéral.

    Pour tenter d'expliquer ces résultats nous émettons une liste non exhaustive d'hypothèses.

    L'augmentation des rotations de hanches après une manœuvre sur le rein pourrait être due à :

    • une diminution du tonus du psoas.
    • un étirement du fascia iliaca par l'intermédiaire de la loge rénale.
    • un effet neurologique local lié au chevauchement de leur intendance nerveuse.
    • un effet réflexe global sur le tonus musculaire général.

    Notre étude ne nous permet pas de prendre position pour l'une ou l'autre de ces hypothèses.

  • QUELLE FIABILITÉ ACCORDER AUX POINTS NEUROLYMPHATIQUES REFLEXES DE CHAPMAN DE L’ESTOMAC? ESSAI D’ÉVALUATION EN SIMPLE AVEUGLE ET MISE EN PARALLÈLE AVEC LE BILAN GASTROSCOPIQUE - 06.07.2002

    Auteurs : Christian GEORGE Directeurs : Franz BUSET, D.O.et Dr Edouard LOUIS
    LIRE LA SUITE

    Cette étude a concerné 28 patients   quatre d'entre eux présentaient une lésion vraie de l'estomac (ulcère). J'ai recherché la présence de onze points de Chapman, ceux concernant l'estomac ainsi que ceux en proximité directe selon la cartographie cutanée établie par Chapman.

    J'ai également testé la mobilité des vertèbres de T5 à T9, et demandé à chaque patient de situer sa douleur sur une échelle visuelle analogique millimétrée par point testé.

    Les résultats sont encourageants. Si les points de Chapman de l'estomac seuls ne permettent pas une interprétation fiable, il en va tout autrement de ces mêmes points associés à deux dysfonctions au moins des vertèbres de T5 à T9.

    La quantification de la douleur ressentie par le patient n'a pas d'influence sur le diagnostic.

PUBLICATIONS OSEAN

  • HIGH-VELOCITY LOW-AMPLITUDE THRUST MANIPULATION OF THE LUMBAR SPINE IMMEDIATELY MODIFIES SOLEUS T REFLEX IN ASYMPTOMATIC ADULTS - 17.10.2013

    IJOM
    Background High-velocity low-amplitude thrust manipulations (HVLAM) are routinely used in osteopathic treatment. Despite the large number of studies that have been realized till now, the effects of spinal HVLAM on the physiological properties of muscles and nerves are not fully characterized. Objective The present study was designed to investigate the effects of a spinal lumbar L4/L5 HVLAM on the functional properties of the soleus T reflex in asymptomatic young adults.
    LIRE LA SUITE
  • OSTEOPATHIC MANIPULATIVE TREATMENT AND NUTRITION: AN ALTERNATIVE APPROACH TO THE IRRITABLE BOWEL SYNDROME - 17.10.2013

    Health
    A simple treatment plan for manual therapists is presented based on current evidence-based literature, it is designed to lessen chronic pain and inflammation in the Irritable Bowel Syndrome (IBS). A chronic continuous or intermittent gastrointestinal tract dysfunction, IBS appears due to dysregulation of brain-gut-microbe communication. An overview of its management using Osteopathic Manipulative Treatment (OMT) is described. In IBS OMT focuses on the nervous and circulatory systems, spine, viscera, thoracic and pelvic diaphragms in order to restore homeostatic balance, normalize autonomic activity in the intestine, promote lymphatic flow and address somatic dysfunction. [...]
    LIRE LA SUITE
  • THE USE OF PMRI TO VALIDATE THE IDENTIFICATION OF PALPATED BONY LANDMARKS - 10.07.2013

    Manual Therapy
    Accurate palpation of lumbar spinous processes is a key component of spinal assessment. It is also vital for the accurate measurement of spinal motion when using external skin marker-based measurement systems, which are being increasingly used to understand low back disorders and their management. The aim of this study was to assess the accuracy of lumbar spinous process palpation using positional magnetic resonance imagery (MRI) (pMRI).
    LIRE LA SUITE
  • VERTEBRAL ARTERY STRAINS DURING HIGH-SPEED, LOW AMPLITUDE CERVICAL SPINAL MANIPULATION - 12.02.2013

    Journal of Electromyography and Kinesiology
    Spinal manipulative therapy (SMT) has been recognized as an effective treatment modality for many back, neck and musculoskeletal problems. One of the major issues of the use of SMT is its safety, especially with regards to neck manipulation and the risk of stroke. The vast majority of these accidents involve the vertebro-basilar system, specifically the vertebral artery (VA) between C2/C1. However, the mechanics of this region of the VA during SMT are unexplored. This study presents first ever data on the mechanics of this region during cervical SMT performed by clinicians.
    LIRE LA SUITE
  • ASSESSING THE RISK OF STROKE FROM NECK MANIPULATION: A SYSTEMATIC REVIEW - 12.02.2013

    The International Journal of Clinical Practice
    Strokes, typically involving vertebral artery dissection, can follow cervical spinal manipulative therapy, and these types of stroke occur rarely. There is disagreement about whether a strong association between neck manipulation and stroke exists. An earlier systematic review found two relevant studies of association that used controls, which also discussed the limitations of the two papers. This systematic review updates the earlier review, and aims to determine whether conclusive evidence of a strong association exists.
    LIRE LA SUITE
  • STRAIN—COUNTERSTRAIN TO TREAT RESTRICTIONS OF THE MOBILITY OF THE CERVICAL SPINE IN PATIENTS WITH NECK PAIN - 12.02.2013

    Complementary Therapies in Medicine
    Strain–counterstrain is an osteopathic technique which is widely used for treating mobility restrictions in the neck. We aimed to investigate whether a single strain–counterstrain intervention is more effective than a sham intervention in improving restricted cervical range of motion in patients with neck pain.
    LIRE LA SUITE
  • DIAGNOSIS AND MANAGEMENT OF IRRITABLE BOWEL SYNDROME - 14.12.2012

    Osteopathic Family Physician
    Irritable bowel syndrome is one of the most common gastrointestinal disorders encountered by family physicians, often as a direct result of significant stressors. IBS is a disorder characterized by abdominal pain, bloating and severe bowel irregularity and is commonly encountered by family physicians treating patients on a daily basis. It is a relatively benign functional bowel disorder, but is often severely debilitating. The pathophysiology of IBS is poorly understood, in part because of a lack of anatomic signs specific to IBS. This review article presents current therapies targeting the predominant symptoms of diarrhea, constipation, abdominal pain, or any combination of these in the pre
    LIRE LA SUITE
  • INTRA-RATER RELIABILITY OF AN EXPERIENCED PHYSIOTHERAPIST IN LOCATING MYOFASCIAL TRIGGER POINTS IN UPPER TRAPEZIUS MUSCLE - 14.12.2012

    Journal of Manual & Manipulative Therapy
    Myofascial trigger points are considered the principal clinical feature of myofascial pain syndrome. An MTrP consists of spot tenderness within a taut band of muscle fibers and its stimulation can produce both local and referred pain. The clinical diagnosis of MPS depends on correct history taking and a physical examination aimed at identifying the presence of MTrP. The purpose of this study was to investigate the intra-rater reliability of a palpation protocol used for locating an MTrP in the upper trapezius muscle.
    LIRE LA SUITE
  • OSTEOPATHIC MANIPULATIVE TREATMENT: NOVEL APPLICATION TO DERMATOLOGICAL DISEASE - 13.12.2012

    The Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology
    Dermatological diseases, such as dysesthesia syndromes, stasis dermatoses and hyperhidrosis are difficult to treat due to their complex etiologies. Current theories suggest these diseases are caused by physiological imbalances, such as nerve impingement, localized tissue congestion and impaired autonomic regulation. Osteopathic manipulative therapy targets these physiological dysfunctions and may serve as a beneficial therapeutic option.
    LIRE LA SUITE
  • AN INVESTIGATION OF CRANIAL MOTION THROUGH A REVIEW OF BIOMECHANICALLY BASED SKULL DEFORMATION LITERATURE - 12.12.2012

    IJOM
    There is ongoing debate over the existence of cranial motion resulting from manual manipulation during Cranial Osteopathy (CO). The purpose of this study was to review and summarize the literature regarding cranial mobility and human cranial stiffness in order to evaluate the validity of cranial movement in humans due to manual manipulation.
    LIRE LA SUITE
  • SPINAL MANIPULATION, MEDICATION OR HOME EXERCISE WITH ADVICE FOR ACUTE AND SUBACUTE NECK PAIN - 12.12.2012

    Annals of internal Medicine
    Mechanical neck pain is a common condition that affects an estimated 70 percent of persons at some point in their lives. Little research exists to guide the choice of therapy for acute and subacute neck pain. The objective of this trial was to determine the relative efficacy of spinal manipulation therapy, medication and home exercise with advice for acute and subacute neck pain in both the short and long term.
    LIRE LA SUITE
  • SPINAL HVLA-MANIPULATION IN ACUTE NONSPECIFIC LBP: A DOUBLE BLINDED RANDOMIZED CONTROLLED TRIAL IN COMPARISON WITH DICLOFENAC AND PLACEBO - 14.11.2012

    Spine
    This study investigates in acute non-specific low back pain (LBP) the effectiveness of spinal high-velocity-low-amplitude (HVLA) manipulation compared with the non-steroidal anti-inflammatory drug (NSAID) diclofenac and with placebo.
    LIRE LA SUITE
  • A REPLICATION OF THE STUDY 'ADVERSE EFFECTS OF SPINAL MANIPULATION' - 14.11.2012

    Chiropractic & Manual Therapies
    The use of a treatment by health care providers requires examination of the evidence of effectiveness and assessment of the evidence for risks or adverse events caused by the treatment. Spinal manipulation therapy has strong evidence for treatment of low back pain, neck pain, headache and migraine. This is supported by numerous systematic reviews of a large number of randomized controlled trials.
    LIRE LA SUITE
  • THE IMMEDIATE EFFECTS OF SIGMOID COLON MANIPULATION ON PRESSURE PAIN THRESHOLDS IN THE LUMBAR SPINE - 14.11.2012

    Journal of Bodywork and Movement Therapies
    Visceral manual therapy is increasingly used by U.K. osteopaths and manual therapists, but there is a paucity of research investigating its underlying mechanisms, and in particular in relation to hypoalgesia. The aim of this study was to investigate the immediate effects of osteopathic visceral mobilization on pressure pain thresholds.
    LIRE LA SUITE
  • THE EFFECT OF LUMBOSACRAL MANIPULATION ON CORTICOSPINAL, SPINAL REFLEX EXCITABILITY ON ASYMPTOMATIC PARTICIPANTS - 23.03.2012

    Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics
    The aim of the study was to examine the effects of a high-velocity, low-amplitude manipulation to the lumbosacral joint on corticospinal excitability, as measured by motor evoked potentials using transcranial magnetic stimulation, and spinal reflex excitability, as measured by the Hoffman reflex.
    LIRE LA SUITE
  • EVIDENCE-BASED OSTEOPATHIC MANIPULATIVE TREATMENT FOR COMMON CONDITIONS - 23.03.2012

    Osteopathic Family Physician
    Osteopathic manipulative treatment is a unique aspect of osteopathic medicine that has served as a useful adjunct to traditional surgical and pharmacological treatment of medical conditions for more than 100 years. Using an approach based on five basic body functions, as well as traditional modern medical and surgical therapeutics, OMT enhances the body's innate ability to fight inflammation and other systemic results of disease states.
    LIRE LA SUITE
  • MECHANICAL PAIN SENSITIVITY OF DEEP TISSUES IN CHILDREN — POSSIBLE DEVELOPMENT OF MYOFASCIAL TRIGGER POINTS IN CHILDREN - 23.03.2012

    Musculoskeletal Disorders via BioMed Central
    It is still unclear when latent myofascial trigger points develop during early life. This study is designed to investigate the mechanical pain sensitivity of deep tissues in children in order to see the possible timing of the development of latent MTrPs and attachment trigger points in school children
    LIRE LA SUITE
  • A CONSIDERATION OF THE ELBOW AS A TENSEGRITY STRUCTURE - 23.03.2012

    International Journal of Osteopathic Medicine
    The elbow is conventionally described as a uniaxial hinge joint and the pivot of proximal forearm rotation; the joint surfaces guide motion, the ligaments maintain joint integrity and the muscles cause motion. However, this simplicity is less clear on detailed examination and masks uncertainties over its component structures and their functions.
    LIRE LA SUITE
  • THERAPEUTIC EFFECTS OF CRANIAL OSTEOPATHIC MANIPULATIVE MEDICINE: A SYSTEMATIC REVIEW - 01.12.2011

    The Journal of the American Osteopathic Association
    Using the Downs and Black checklist, the authors scored the methodological quality of studies that have measured the clinical efficacy of cranial osteopathic manipulative medicine in children and adults with various conditions.
    LIRE LA SUITE
  • EFFECT OF CRANIAL OSTEOPATHIC MANIPULATIVE MEDICINE ON CEREBRAL TISSUE OXYGENATION - 01.12.2011

    The Journal of the American Osteopathic Association
    This crossover study revealed that cranial osteopathic manipulative medicine effectively and progressively reduced cerebral tissue oxygenation in healthy adults. The authors hypothesize that the same technique may be applied as a nonpharmacologic procedure to reduce excessive cerebral blood flow and to alleviate intracranial hypertension.
    LIRE LA SUITE
  • THE EFFECT OF THORACIC SPINE HIGH-VELOCITY LOW-AMPLITUDE THRUST MANIPULATION ON MYOELECTRIC ACTIVITY OF THE LOWER TRAPEZIUS AND POSTERIOR DELTOID MUSCLES DURING TREADMILL WALKING - 14.11.2011

    International Journal of Osteopathic Medicine
    This study investigated the effect of High Velocity Low Amplitude thrust technique (in thoracic spine) on the posterior deltoid and lower trapezius muscles during treadmill walking. Subjects had 2 minute recordings of target muscle EMG activity during treadmill walking before and after control (sham ultrasound) or experimental (HVLAT) interventions. No significant difference was found between groups, indicating that HVLAT had no effect on the target muscle EMG activity during this functional task. Further study examining different functional tasks within a similar experimental model is warranted.
    LIRE LA SUITE